Le pendentif perdu – Nascana

Une New Romance sur fond fantastique… Cela promet un peu de changement dans ce concours infiltré(e).

Le résumé :
« Nils est un mage de combat faisant équipe avec le mystérieux change-forme Kamu. Ils travaillent pour le compte de la police des mages qui protègent les honnêtes gens des objets et contrevenant à la loi magique. La mission, qui leur est confié le soir du réveillon de Noël, c’est de retrouver un pendentif. Pour cela, Nils doit retourner dans sa famille. Une chance ? Sûrement pas, vu qu’il leur en veut à tous. »

Personnellement cela me donne envie. J’ai l’impression d’avoir des touches de L’apprenti sorcier, de Percy Jackson et Charmed (avec les changes-formes). Qu’est-ce qu’un mage de combat ? Ce récit nous promet-il des batailles magiques sanglantes et palpitantes ?
Les « honnêtes gens » sont-ils une version des « moldus » pour l’auteure ?

Allons lire tout ça !

Un premier chapitre qui donne l’eau à la bouche si on aime les livres concernant la magie.

Les deux autres chapitres sont un peu plus flous, les personnages sont amenés par l’auteur dans un contexte qui ne nous explique pas encore beaucoup l’univers.
La magie est présente. Des morceaux de notre monde contemporain également.
Pour en savoir plus, attendons la suite …

Article écrit avec 👾 3 chapitres 👾

Moj Bes Kraja – (Mon infini) – Sand Canavaggia

Un titre très mystérieux…

Le résumé :
La rencontre de deux êtres, dans un lieu fermé, au creux d’une bâtisse où chaque mur blanc renvoyait à son instinct. Celui qui est au fond quand vous n’êtes déjà plus considérer comme tel ; Vous trouver dans un regard l’écoute et l’attention, une preuve de votre présence. Dans ce lieu à l’abri du jugement et du regard réprobateur s’avance l’histoire d’un infini entre amour et douleurs…Mon infini (Moj bes kraja)…

Si on prend le titre et ce résumé, honnêtement on reste dans cette atmosphère mystérieuse. Je ne sais pas s’il me donne envie… Mon impression est mitigée sur ce résumé. (Ma curiosité inébranlable nous aiguillera sur la suite.)

Une sorte de triptyque entre thriller, contemporain et romance bercé d’un voile poétique.

En toute honnêteté, j’ai eu beaucoup de mal avec le début. L’atmosphère était pesante pour moi (mais cela se rapporte surtout à mon vécu je pense). J’ai tout de même poussé plus loin ma lecture.
Vous le savez, quand j’ai décidé de lire un texte, je le lis de A à Z (tout du moins les parties débloquées).

Arrivée à plus d’une dizaine de chapitre, je me rends compte que je ne pourrais plus vraiment refermer cette histoire sans un point final. Le malaise du début flotte maintenant d’une toute autre manière.
La partie thriller/enquête sous jactante me fait oublier les parties plus durs et contemporaine sur des thèmes lourds – pour moi -.
Je me prends au jeu en glissant rapidement la page pour connaître la prochaine nuit.
Oui car l’auteur met en place une double histoire et un fil rouge mêlant de nombreuses questions et retournement de situation.

Le lecteur veut savoir. On suppute, cherche mais sans trouver.
L’héroïne se pose des questions, nous aussi.

Néanmoins il faut noter que cette histoire est originale et peu conventionnelle.
Les codes d’actions-réactions, comme j’appelle ça, ne sont pas présent ici.

Une lenteur physique et psychologique nous plonge dans le quotidien de quelqu’un de diminué par la maladie. Les réflexions, les journées et même les sensations sont ralenties. En lisant, l’impression d’être enlisée dans une situation complexe, où un voile brumeux nous empêche de voir les vrais indices, me pousse à croire que ce récit n’est pas fait pour tout le monde.
Les abords des trentièmes chapitres apportent une part mystique qui me perd un peu.

Points forts :
Un thème fort et une plume marquée.
Un univers bien maîtrisé.
Des personnages touchants (pénétrants, qui nous soulèvent le coeur).

Points faibles :
Parfois les phrases sont longues et alambiquées. Cela colle avec sa manière d’aborder ce thème, mais peut perdre la lecteur nageant déjà dans une ambiance peu commune.
La romance est là, mais il faut voir plus loin que la plupart des NR (où les personnes tombent rapidement et éperdument amoureux…)
Quelques fautes, mais pour un premier jet rien de dérangeant.

La note Fyctia :

En toute franchise, je suis agréablement surprise de voir une telle note par les lecteurs de la plateforme. Son style très différent a tout de même su conquérir un large public.
C’est rassurant pour les auteurs ayant une plume qui se démarque. Fyctia semble une plateforme où les styles éclectiques sont valorisés.

Mon impression

Cette histoire a été pour moi une sorte de tunnel.
L’idée d’y rentrer ne me plaisait pas plus que cela, après quelques chapitres je ne pouvais plus faire demi-tour, j’ai commencé à observer les lumières à l’intérieur, j’ai frissonné par le manque de chaleur, me suis surprise à observer chaque porte de secours comme un indice et enfin j’observe la lumière au fond, intriguée, ayant envie de terminer cette histoire pour savoir où mène ce tunnel.

👾 Lecture de 37 chapitres. 👾

Le Cartel du Bitcoin – Simon Saint Vao

Voilà l’une de mes premières mise à jour en UA.
Le concours avance bien et je peux maintenant revenir à mes petites lectures des premiers jours. (La première partie reste la version de mon micro-article)

Résumé de l’auteur :
Paname 2037 – la fin du travail et la technologie blockchain ont engendré la financiarisation de la vie quotidienne en société du spectacle. Mais – l’histoire n’est pas ce qu’elle sera. Une bande de pirates cyberquantiques débarquent pour libérer Emile Goudeau, leur ami emprisonné dans cette bulle spatiotemporelle. L’opération dérape, Goudeau et l’équipage se retrouvent au milieu d’un complot trans-galactique, pour l’accaparation du trésor de Nakamoto.

Honnêtement j’ai absolument rien compris à son résumé.
J’ai du aller faire un tour sur « google est mon ami » pour « blockchain » alors que mon nom y est intégré… (Inculture quand tu nous tiens.)
Ceux qui veulent faire les malins mais qui sont comme moi, tenez.
Blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations sans organe de contrôle.

Après j’ai relu deux fois la phrase (oui oui la première) et là j’ai fait AAAAHHH. Bam sujet intéressant. Vulgarisons le propos pour les personnes comme moi (très intelligentes hein 🤦🏼‍♀️🤷🏼‍♀️) la vie devient une télé-réalité géante sans télé… On a vu mieux comme image parlante mais bon…
Maintenant on part sur de la cyberquantique… (pourquoi ai-je fait des études littéraires/artistique… ).
Etonnamment son résumé il donne envie même quand on comprend pas vraiment le sens de chaque mot.

Bref on ouvre la page et découverte de noms de chapitres étranges et originaux.
Prologue (restons sobre), coin | blanc ; vert ; ORANGE | (Au moins je comprends les mots ici), arête | BLANC ; bleu | …

Quelle épopée cette lecture…
Premier cri de joie de ma part… Une pièce de théâtre !!! (J’étais super contente…)
Ma joie s’est transformée en incompréhension en lisant la suite… (je ne vais pas vous dire quoi cela serait vous troller).

Honnêtement j’ai beaucoup ri. ( de ma bêtise oui parce que l’auteur nous la provoque.) Son ton est sec, cynique et acide… C’est ultra plaisant à lire.
Sa connaissance de milieu informatique et électronique n’est pas un problème même si certains termes de geek/hacker peuvent interroger parfois le lecteur, la fluidité de la lecture n’en est pas affectée.

Prologue original.
Complètement dans le thème du concours pour le coup.
Des chapitres rocambolesque.
On se perd et on y trouve tout de même une histoire à suivre. Les lignes s’enchaînent apportent des anecdotes et des allusions à notre époque contemporaine. Parfois l’Histoire s’en mêle…

L’auteur à une évidente culture et prend plaisir à jouer avec les mots.
Les phrases philosophies côtoient des élucubrations dont le sens nous échappent parfois.

Ce qui est extraordinaire c’est qu’on lit extrêmement facilement ses chapitres tout en ayant eu l’impression de lire quelque chose de conséquent.
L’histoire a bien avancé en seulement 4 chapitres…

L’auteur utilise les boîtes de dialogues sms comme des bulles de BD. (est-ce une erreur de manipulation ou un choix personnel, mystère et boule de gomme.)

Le Cartel du Bitcoin mélange aisément théorie philosophique, scientifique, référence populaire et culturelle diverses (manga, bd, série, jeux vidéos, film…) avec cette pointe d’autodérision et d’humour cynique qui oblige le lecteur a passer un bon moment sans vraiment comprendre comme il est arrivé à la fin de sa lecture avec ce sentiment plaisant.

Mais n’est-ce pas ça la magie de la lecture ? Se laisser porter par un sentiment et arrêter de réfléchir au pourquoi du comment ?
Même si ironiquement l’histoire de Simon Saint Vao tend à ce genre de question…ou peut-être pas qui sait…

Mise A Jour

Cet auteur est exceptionnellement différent dans sa manière de traiter le concours.
Le thème abordé est vif, piquant et bon sang d’actualité.
On glisse sur les lignes en tentant parfois de devenir le mathématicien(ne) hors pair que nous n’avons jamais été.

Mon énormément coup de coeur est pour le personnage de

Que dire des références ? Culturelle ? Populaire ?
Un mélange de pop-culture en passant par des monstres du cinéma tels que Sergio Leone et Clint Eastwood, du cinéma d’animation et d’animé Simpsons, Naruto, Dragon Ball Z, des touches d’art visuel avec des peintres notamment Edvard Munch….

Et une touche de sauce quantique bien distillée avec des personnages ronds, attachants et explicatifs. Noob que je suis, j’arrive à adorer cette histoire haute en couleur.

Les Points Forts:
La franchise sans faille de son écriture.
Les dizaines de références, cinéphiles, geek, pop, arts visuels…
Ses personnages attachants et typiques.
L’originalité de son propos.
M’avoir fait lire un récit abordent des théories quantiques.

Les Points Faibles :
Son style/construction, je pense qu’il y aura des lecteurs qui n’aimeront pas ce mélange de genre fluctuant entre la bande-dessinée, les ultra-références et la partie quantique et le roman central.

La note Fyctia :

Vous le savez déjà, pour moi ce petit bijou est hors de normes actuelles. Cela plus le plaisir que je prends à le lire (les rires qu’il me provoque en nous sortant de nos petites habitudes conformistes) m’obligent à lui donner la note de 5/5.

Note de l’auteur :
Le Rubik’s cube comprend 26 éléments uniques -les titres des chapitres-
(Ma grande interrogation se voit éclaircie – aparté de moi, EmChain- )
Au total : 43 252 003 274 489 856 000 combinaisons possibles.

Mon intention était de délinéariser le récit, en reproduisant l’architecture du rubik’s cube sur la narration.
La face blanche correspond à l’histoire principale : L’opération de libération de Goudeau emprisonné dans la bulle spatiotemporelle « Paname 2037 ».
Les autres faces comprennent des histoires secondaires, l’ensemble forme « un grand récit ».

Clepsydre – Claire Guilvaillant

Une auteure active sur la plateforme que je me devais de lire ! (Un article sur sa dernière participation thriller arrive bientôt)

Le résumé :
Chaque vie est une clepsydre. L’eau s’écoule, déterminant le temps restant à chacun d’entre nous. Pour un nouveau né : 80 ans. Sur certains s’abat la sécheresse : 60 ans. Sur d’autres tombe la pluie : 100 ans. Seule la gravité demeure, imperturbable dans le processus de l’existence. Et si, pour quelques individus, elle s’inversait ? Leurs cellules retrouveraient-elles leur jeunesse d’antan ?

Pour le coup l’auteure n’aborde pas du tout le thème du futur dans la même veine que le reste du concours. N’ayant pas les clefs du hors thème, je ne peux dire si elle reste dans les clous. D’une manière philosophique oui.
Le temps est omniprésent. Sa plume est lyrique, fluide et agréable.

C’est une qualité qui peut aisément se retrouver dans un texte déjà édité. Très contemporain, une prose évidente et de l’humour cynique par-ci par là. L’auteure pourrait encore appuyer cette partie de son univers pour provoquer des éclats de rire. C’est une de ses pièces maitresses je pense et en tant que lecteur nous savons que le cynisme bien fait est source de réussite !

Un des personnages créé par l’auteure est une jeune adolescente bornée sur une vision du monde adulte bien tranchée.
Par moment ce discours sur les enfants rois me ramène à des films comme Les enfants de Timpelbach (Nicolas Bary); Les 400 coups (François Truffaut) et on met le doigt sur la capacité (ou non) des enfants à être sain, doux et gentil de fond.

Points forts :
Sans hésiter sa plume. Claire porte un style tranché et identifiable dans sa manière d’écrire.
Les personnages humains, vrais et mordants.
Un thème universel qu’est le temps.
Un bon roman contemporain.

Points faibles :
La possibilité d’être hors concours. Ce qui ne gâche rien à la qualité du texte.
Un peu d’aération (dialogue et bloc de narration, vous savez comment je peux être).

En définitive, vous l’aurez compris, pas grand chose à reprocher à ce texte.

La note de la plateforme :

Un 4/5. Je suis d’accord avec cette histoire. Pourquoi pas un 5/5, simplement parce que je ne vois pas encore le thème pur et dur du concours.
Mais celui-ci peut effectivement se dessiner avec le temps.

L’auteure semble être en accord avec Générations d’Opi-pro également en lice dans ce concours UA.
Même si je ne porte pas ce regard pure et doux sur l’enfant, le récit est bien construit. Il se lit bien.
Il coule (pour ceux qui auront lu vous savez 😏)

Le baron noir – Hedgye

Une auteure que j’ai découverte sous le pseudonyme Thevipers, mais cette fois-ci elle écrit seule et j’ai hâte de savoir ce que cela donne !

Résumé :
Avant de partir trois ans en études à l’étranger, Ernestine formait un déluré trio avec ses deux amis, en couple, Harry et Aloyse. Lors de son retour en Angleterre, Harry lui propose de fêter leur retrouvaille dans le manoir écossais de ses grands-parents. Sauf qu’Aloyse n’est pas là, Harry a changé, il reste vague au sujet de sa disparition. Entre suspicion et désir nouveau, Ernestine découvre une facette de son ami qu’elle ignorait complètement.

Un résumé hum alléchant pour de la romance (je prie pour que cela ne spoil pas une grande partie de l’avancée de l’histoire.) un peu de suspense qui s’ajouter à une potentielle romance entre ce fameux Harry et Ernestine.
Quel prénom original pour un premier rôle (oui je me crois dans une comédie de Broadway.🙆‍♀️)

L’ultra bonne nouvelle avant de commencer ma lecture : 20 chapitres en ligne (bon 19 mais c’est presque ça 🤷🏼‍♀️).
Soit j’adore et je dévore les petits loulous d’un coup, soit je suis déçue et je reviens vers vous pour expliquer le pourquoi du comment (même si dans le premier cas je vais tout de même revenir -avec le sourire-)

Je reviens donc après un marathon de lecture (Oui bonne nouvelle j’ai lu les chapitres d’une traite).
Cette histoire me disait pas forcément en voyant le titre, mais alors j’ai adoré l’histoire dès les premiers chapitres.
L’auteure m’embarque illico presto dans son univers. La chair de poule, le rire et la tension… Son histoire est complète. On sent que chacun de ses personnages est ficelé avant. Passif, réaction, cassure, lien…
Quelques maladresses qui viennent du premier jet, mais cela ne gâche pas la magie qu’elle crée autour de ses deux personnages fards, Ernestine (un personnage que j’ai beaucoup aimé) et Harry (sombre et sexy).
Ce qui fait également la force de ce roman, ce sont les personnages secondaires. Ils sont là, bien existants et on les aime. Autant ceux du passé que du présent. Ils donnent une force supplémentaire et un réalisme qui nous permet d’entrer tout de suite avec Ernestine dans l’ambiance humide d’une Ecosse aux mille secrets.

Points forts
Un personnage féminin que j’adore. Frais, vrais, authentique, maladroite, hésitante avec un passif qu’on découvre petit à petit… Un délice de suivre ce personnage principal !
Pour une romance, il faut deux personnages (tout du moins j’ai jamais lu de NR sans au moins deux 🤷🏼‍♀️) Et quel deuxième personnage, ténébreux, énigmatique, sacrément sexy, des abords de gentleman, une douceur à faire pâlir de jalousie les demoiselles en détresse…Et une fougue qui cache un secret…
Une description des paysages de l’Ecosse si véridique… Même avec 29° cette nuit j’ai grelotté avec Ernestine !
Une ambiance manoir à la Emily Brontë (juste l’ambiance, l’auteure modernise le reste tout de même).

Points faibles :
Parfois quelques incohérences entre les passages flashback du passé et le présent de l’histoire. De minimes détails mais qui ne gâchent rien cependant.

La note sur le plateforme Fyctia :

Quasiment un carton plein pour l’auteure ! Les 4/5 ça fait plaisir et est justement attribué. Et moi dans l’histoire j’en pense quoi à votre avis ?
(Si tu as été un lecteur attentif de ma chronique tu dois deviner aisément le chiffre que j’attribue à Le Baron Noir non? )

En vrai c’était une question piège. Cette histoire est un véritable coup de coeur et le jour où elle sortira dans sa version finale je vous assure qu’elle obtiendra le graal du 5/5 pour moi.
Pour le moment, je lui offre une note de 4,5/5.

Eborn – Le monde glacé – Spreutel

Avec des températures de 42°, ce titre est porteur de fraîcheur (et j’en rêve).

Le petit résumé de notre glaçon du jour :
Eborn, planète inhospitalière recouverte de glace sur laquelle tente de vivre un semblant d’humanité. Le Cristal, ressource unique, instrument de la survie des Hommes sur Eborn mais également la source de leur malheur: le mal du Cristal finit toujours par emporter celui qui l’extrait. Aden Kells voit sa vie d’Extracteur changer quand il se fait emporter par un courant de glace. Disparu aux yeux des siens, il doit la vie à un Echo, humanoïde issu d’un peuple secret et possédant une étrange connexion avec la planète. Au contact de ce peuple, Kells va entrevoir une nouvelle évolution pour les Hommes. Il va tenter de retrouver les siens et de les éveiller à cet autre futur possible. Mais les Echo l’ont averti: qu’il se hâte. Déja, les Fantômes du passé approchent…

Bon on s’enflamme pas -ce jeu de mot terriblement mauvais- mais il n’y a que 2 chapitres pour le moment.

⛔️ Je reviens vers vous avant même d’avoir fini le premier paragraphe.
(une citation ça compte pas.)
L’auteur met tout de suite dans l’ambiance. Son univers est pensé et maîtrisé à la seule façon dont il intègre des éléments faisant foi de réalité.

J’adore quand on se croit vraiment dans l’histoire et pour le coup c’est complètement ça. De l’action, de la mise en situation et un peu d’humanité (cela peut être mauvais l’humanité, préparez-vous).

On déconnecte de notre réalité avec une plume agréable et de qualité.
Allez lire les deux petits chapitres rafraîchissant de cet auteur et on revient quand il y en a plus ?

PS : Le deuxième chapitre me fait penser à un mélange entre SnowPierce et la saison 4 de la série THE 100. Avec cette histoire on pense avec bonheur au documentaire Iceman sur l’immense Wim Hof
(oui je recommence à m’emballer pour des films).

👾 Mise à jour 6 chapitres 👾

Me voilà plongée une nouvelle fois dans cette histoire glacée. La température extérieure n’est plus de quarante degrés, vais-je tout de même apprécier de me retrouver dans cet univers une nouvelle fois, allons voir !

Je fais une chose, très rare dans mes articles, un extrait.
Avant de vous expliquer le pourquoi du comment, prenez connaissance de ce dernier.

Extrait
1 Cristal: n.m, inv. Ressource de taille et de forme géométrique variables naturellement présente sur Eborn. Brut, son exposition prolongée provoque le décès.( voir mal du Cristal) Raffiné, devient un puisant combustible utilisable.
2 Cristal (pl Cristaux): n.m. Monnaie officielle de NP. Se présente sous la forme d’une fine plaquette de métal, percée à son extrémité et frappée du symbole technocrate. Il est d’usage d’en assembler dix sur une boucle tissée afin de les compter et de les transporter facilement. (voir aussi Unité Monétaire)

Voilà ce que j’adore. Ce genre de points dans les récits futuristes amène une réelle force dans l’histoire et la compréhension de l’univers.

L’auteur gère parfaitement son écrit.
La structuration et l’orthographe sont habilement maîtrisées.
Il distille assez d’informations sans perturber le lecteur.

Et à partir du chapitre cinq, je peux dire que cette histoire est un réel coup de coeur pour moi.

Ce récit mérite vraiment de continuer à vivre.
J’ai été complètement emportée. Cette douceur givrée qui se dégage de son texte tranche avec un contexte un peu plus dur.
Nous avons une version se rapprochant de The Expanse/The 100 d’un côté et de l’autre, nous assistons à l’éclosion d’une partie plus douce et belle rappelant des images tel qu’Avatar (James Cameron).

Complètement conquise par cette histoire très prometteuse.
Hâte de revenir vers vous quand il y en aura plus !

*Hop hop on va lire son histoire et on débloque les parties suivantes*

LES VOYEURS – Aiko-an

Petit nouveau aussi, le titre est racoleur… J’aime bien ! 

Résumé : 
Nous sommes les seuls à connaître le futur. Nous sommes les seuls qui puissions le changer, le sauver… Qui sommes-nous? Les voyeurs. Alexa se réveille un matin d’un rêve qui semble étrangement réaliste. A peine quelques heures plus tard celui-ci devient réalité. Plus les jours passent plus elle ne cesse de voir le futur. Et puis une nuit elle voit ce qu’adviendra la terre. Et si elle n’était pas seule à connaitre l’avenir?

Hum ce résumé me fait peur… J’ai l’impression qu’il est du genre à spoil….(Vous savez que je déteste ça…) Après deux chapitres je dirais que ce prologue est une sorte de Spin-off… Très étrange…

Chapitre 1 : Alexa … Pour le coup le chapitre est bon. La tension est là… Une ou deux petites phrases en trop qui donnent une touche un peu « too much »… Mais sinon la plume nous embarque dans son univers.
La première personne fonctionne pour le moment.

Le nom du chapitre me laisse perplexe sur une possibilité de double narration (ou triple) Je n’espère pas.

Deuxième chapitre en ligne !
On reste sur Alexa, encore une première personne qui marche. De nombreux caractères rentrent dans l’aventure.
Quelques petites faiblesses d’écritures mais rien qui gâche la lecture. L’auteur nous met en avant son univers.
Un air de fin du monde, light, sans trop de changement avec notre époque.
Le côté fantastique peut apporter une touche d’originalité si le lecteur n’est pas perdu dans la masse d’informations.
Pour le moment c’est une histoire qui fonctionne.

A suivre…

TRAQUÉS – Lo-GuardiaN

Encore un nouvel inscrit ! 

Son résumé :
Un jour pionnier de ce qu’ils appellent « Humanity Upgrade », le lendemain destructeur de l’humanité. Il aura fallu moins de vingt quatre heure à Beresda Technologie pour faire sombrer les pays du monde entier dans un chaos sans précédent. Humanity Upgrade, c’est là le nom d’un programme international qui a pour but d’améliorer nos capacités facilement et rapidement, nous rendant plus fort, plus productif, plus performant. Ça nous a débarrassé de notre sommeil, de notre faim, mais aussi de notre âme. Les gens sont devenus fous, ils se sont entre-tués, ont tout détruit sur leur passage, rasant des mégapole en quelques heures, et ils se mirent en chasse de ceux qui étaient faible, ceux qui n’avaient pas souhaités être « amélioré ». Alors j’ai fuis, aussi loin que je le peut. On nous a promis un terre sécurisée, là-bas, au delà des frontières, un endroit où personne ne s’est équipé d’améliorations Beresda et où l’espoir d’une nouvelle ère est encore possible, et nous allons tout faire pour y parvenir.

Le résumé gâche juste le premier chapitre alors ça va.

Cette histoire a un goût de Walking Dead robotique à mon avis. (Terrifiée intrinsèquement par les zombies, je suis heureuse d’avoir affaire à des hommes non décomposés) Même si la suite de l’aventure risque de ne pas être rose.

J’ai hâte de suivre les aventures du personnage principal. 
J’ai eu des doutes sur le fait qu’il soit une fille ou un garçon. C’est bien un petit mec.

La suite est pour le moment prometteuse. La plume est fluide et l’idée est vraiment sympa.
Zoner dans une ville abandonnée, la peur au ventre… Ça me change et si vous avez aimé Walking Dead vous devriez aimer

L’autre Kielfa ou comment sauver la planète Terre – Kleo

Kleo est une auteure prolifique de la plate-forme que j’ai découvert en thriller (l’article sur La fille de la Lune arrive). Son univers est unique en son genre et j’ai hâte de lire cette nouvelle histoire.

Son résumé :
Vous pensez être les maîtres de l’univers. Détrompez-vous : nous ne sommes pas partis. Votre futur ne vous appartiens plus.

Vous voyez les mots clés distillés ici et là par l’auteure… Hum ressortons les petites notes… On dirait bien une histoire à la zone 51. Des petits bonhommes de couleur verte, bleue, rouge, noire ou blanche…
Bref ce début amène tout de suite les extra-terrestres !

Thème qui change. Pour l’instant pas d’ultra technologie même si la suite nous en promet !
11 chapitres qui envoient des couleurs !

Un mélange d’Avatar, de Divergente et Transformers… (pour le dernier souvenez-vous l’être humain a pas été ultra intelligent en découvrant les Autobots.)

Ce thème rabâche néanmoins le besoin infernal de l’être humain à merder bien comme il faut concernant notre futur (mais c’est tellement vrai…)

J’aime les Kielfins (vous comprendrez dès le premier chapitre – No stress, no spoil -), ils sont exactement comment je m’imagine des petits elfes ou les Na’vi (Avatar), douceur, respect et pacifisme…

Je trouve que cette histoire pourrait aisément se tourner en image.
Mais pour un film (comme pour un roman) il faut lui trouver un deuxième nom, parce que celui-ci est vraiment long… Malgré sa compréhension au fil des pages, Kielfa à mon sens aurait suffit. (Les goûts et les couleurs 🙆‍♀️).

Points forts :
Son univers. (Bien placé, on ne peine pas à rentrer dans le contexte.)
La fin du monde n’est pas omniprésente dans l’histoire.
Les personnages sont profonds, réalistes et merveilleux à la fois.
Une plume descriptive fluide qui créé des paysages aussi somptueux que repoussants.

Points faibles:
Parfois quelques petits détails en trop qui enlève à la poésie de la plume de l’auteur. C’est d’ailleurs ce qui ne me fait pas balancer cette histoire en coup de coeur, le reste est impeccable.

La note de la plateforme :

Un peu sévère à mon goût… L’histoire originale et fluide combinée à une bonne maîtrise de la part de l’auteure mérite selon moi un 4/5.
C’est une histoire aérienne qui gagne à être lue.

Je vous invite à partir dans l’univers de Kleo, à la clef, je vous promets un bon dépaysement.

YELLOWSTONE – STELLA 7

Petite curiosité, ce titre il vous inspire quoi ?
Le groupe de musique ? La série ? Le parc ? (directement ?)

Bon, ici c’est une histoire (elle deviendra peut-être culte qui sait…)

Résumé : 2088, la Terre se relève d’une suite de catastrophes naturelles. L’humanité est divisé en deux camps. L’un prônant la science et la technologie et l’autre vivant en harmonie avec la nature. Elae et Danel sont en charge d’observer les activités du volcan de Yellowstone, rare lieu de cohabitation des deux régimes. Lors de l’inversion des pôles magnétiques, l’entre-aide et l’échange entre les deux cultures sera vitale pour la survie de l’Homme.

Dans ce premier chapitre l’auteur utilise une technique vieille comme le monde, mais peu utilisée dans ce concours (merci de mettre un peu d’originalité) : Les cours d’histoires.
C’est rapide, clair et précis sans être une énumération de petits détails inutiles et imbuvable.

Avec deux petites modifications elle rendra son histoire ultra agréable à lire et lisse. (Notons qu’elle a un énorme éventail d’amélioration n’ayant publié qu’un seul chapitre pour le moment !)