Dévoile-moi – SYLVIA DAY

Ma première lecture bouche à oreille.

Résumé :
Lorsqu’il est entré dans ma vie, je ne savais rien de Gideon Cross sinon qu’il exerçait sur moi une attraction violente, si intense que j’en fus ébranlée.
J’ignorais encore tout de sa force et de ses failles, de ce besoin qu’il avait de posséder et de dominer, de l’abîme au bord duquel il oscillait.
Je n’imaginais pas que chacun de nous deviendrait le miroir de l’autre – un miroir dans lequel se refléteraient les blessures intimes et les désirs vertigineux qui nous habitaient.
Je ne mesurais pas encore la profondeur de l’amour qui allait nous unir.

Avant de s’emballer, à noter que ce livre est le premier tome de la série Crossfire, allergiques aux séries s’abstenir.

J’ai entendu beaucoup de bien au sujet de ce livre alors je me suis dit, tentons !

L’auteure a reçu de nombreux prix pour des romances mais est-ce que ce dernier vaut le coup ? Allons le découvrir !

Premièrement j’ai dévoré ce livre. Impossible de commencer autre chose en parallèle. L’auteure réussi avec talent à emporter son lecteur.

Mettons tout de suite les pieds dans le plat. Le premier tome de la série Crossfire est un digne héritier de la trilogie Fifty Shades of Grey (E.L JAMES).
En plusieurs points, il surpasse même ce dernier.

Les personnages sont matures et profonds, entraînant des réactions plus logiques et réalistes. Choisir de ne pas mettre les deux personnes en déséquilibre au niveau de la richesse me plaît également. Assez du cliché de l’homme riche et de la femme pauvre. Ici, bien que l’argent coule à flot pour notre beau gosse, la femme n’est pas en reste.

Une part psychologique s’infiltre dans le passé des deux tourtereaux. Là où Christian Grey traînait un poids, ici les deux personnages le partagent. Et cela ne s’arrête pas là. Des personnages secondaires apportent un attachement conséquent à l’histoire – Je pense notamment au colocataire, Cray -.

La côte Est américaine n’est pas d’une grande originalité mais cela importe peu dans l’histoire. On a même parfois l’impression de suivre un huit clos psychologique et passionnel.

Les codes de l’érotisme sont bien respectés. De belles scènes où sentiments amoureux complexes et attirances sexuelles se combinent parfaitement.

Points Forts :
Des personnages profonds.
Une écriture fluide et belle.
Un contexte travaillé avec des situations réalistes.
Dialogue très cohérent.

Points Faibles :
Beaucoup de tomes ( 5 ) et je me demande comment l’histoire ne peut pas tourner en rond.
Des ressemblances avec Fifty Shades of Grey.

Ce Livre reste une belle découverte pour ma part, que je préfère à la saga Cinquante nuances de Grey. Néanmoins, je ne sais pas si mon plaisir sera aussi fort après lecture de quatre autres tomes. A voir…

Queen – Landry

Deuxième histoire que je lis de cette auteure. (J’ai adoré son histoire pour le concours NR – Infiltré(e).)

Résumé :
« Trois-cents ans plus tard, après une longue époque glorieuse des nouvelles technologies, les sociétés se rétrogradent et la robotique reste malgré tout au centre des convoitises. L’être humain, dont le gêne a été modifié, cherche avant tout une chose : être parfait. Queen est la cheffe d’un clan d’êtres « imparfaits », les Exilés, et face à l’hostilité des nations et le désastre du réchauffement climatique, elle sera le flambeau parmi les ombres. »

Premier chapitre et directement plongée dans le bain de l’action – et ce n’est pas un euphémisme.

On retrouve immédiatement la plume fluide et recherchée de l’auteure. Cette dernière maîtrise comme dans L’esclave de La Chapelle, les tournures et notre belle langue française. Mais parlons fond…

Contrairement à son histoire NR, je n’accroche pas. Le thème des « beaux/parfaits » et des « exclus/moches/différents » est très répandu dans le milieu. Ce qui est d’ailleurs drôle dans une société où nous prônons l’acceptation de soi de partir aussi souvent sur ce genre de sujet. – je divague-.

Le temps du passé n’est pas la meilleure solution pour ce texte je trouve. Il ne m’aide pas à m’attacher aux personnages, malgré l’effort de construction de l’auteure autour de Queen.

Points Forts :
Une plume agréable et de qualité.
De belles descriptions.

Points Faibles :
Rentrer dans l’histoire est compliqué.
Thème très récurrent (l’originalité peut arriver après.)

Après 7 chapitres, je ne peux pas faire un vrai retour intéressant. J’ai besoin de deux ou trois parties en plus pour savoir si je pourrais me plonger dans l’histoire.

HOLO – JOHN ROSS

Plusieurs lecteurs ont l’air ravis de cette histoire, je me suis donc dis, pourquoi pas.

Résumé :
Les Holos sont partout : au travail, dans les rues, dans nos maisons. Jusque dans nos fantasmes les plus intimes. L’alliance contre-nature de la technologie holographique et de l’intelligence artificielle nous a même permis d’échapper au deuil, à l’absence de l’autre. Et de réaliser ainsi notre rêve le plus fou : vaincre la mort. Au prix de notre âme. Mais la Faucheuse rôde. Elle réclame son tribut. Le désabusé lieutenant Rod Bernstein refuse ce nouveau monde. Le fougueux détective Daniel Sanders, lui, l’accueille à bras ouverts. Ensemble, ils devront lever le voile de lumière qui nimbe une société en proie à ses propres illusions et affronter les démons qu’elle a créés.

Le thème du futur est tout de suite présent dans le résumé. La manière dont l’auteur tourne cette histoire de mort qui rode donne une atmosphère thriller.

La lecture.
Actuellement, il y cinq parties, dont une « avant-propos » n’étant pas le début de l’histoire ou un prologue. Ce qui ne me permet pas d’aller très loin dans mes remarques pour le moment (Pas de points forts/faibles – ni de note).

En ayant lu les premiers chapitres, je pense à une version entre The Expanse (pour le côté flic avec de la technologie) et Altered Carbon.
Ce sont des références que vous pouvez noter très flatteuses.

En terme de style rien à dire. L’auteur à une plume fluide, un phrasé précis et qui est bien à lui j’ai l’impression.
On rentre tout de suite dans ce thème très futuriste par la technologie, mais très proche de notre société de par les problématiques sociales.
Le premier chapitre m’a ému. L’ambiance était mélancolique. Je suis tout de suite rentrée dans l’histoire. Les autres chapitres amènent beaucoup d’éléments technologiques ce qui a légèrement ralenti ma progression dans la lecture, mais c’est normal je voulais bien assimiler ce nouveau monde où les hologrammes sont partout.

SO,
Si l’auteur continue comme ça, il tombera dans l’un de mes premiers coups de coeur c’est certain.

👾 MISE A JOUR 12 CHAPITRES 👾

DE RETOUR !

Sans surprise, l’auteur remporte l’une de mes places coups de coeur dans ce concours UA.

Son histoire est une savant et savoureux mélange de thriller, romance, fait de société et roman de science fiction technologique.

J’ai été prise dans l’histoire sans effort. Me replonger au milieu d’hologramme et de multiples personnages ne m’a pas dérangé même après un mois de pause dans la progression de ma lecture. C’est un très bon point.

Points Forts :
Une plume précise, vif, sans fioriture.
Un phrasé typique.
Un thème maîtrisé aussi admirablement que son univers.
Un réalisme effrayant pour un futur potentiel…
Un côté thriller très prenant.
Des passages très « psychologiques » et des références à des éléments concrets : religions, Histoire…

Points Faibles :
Le seul bémol reste le tas important d’informations données dans le 4 ème chapitres… (Je chipote.)

La Note de la plateforme :

Une belle note !

Pour ma part je lui offre un 4.5/5… Et si l’histoire continue comme ça, avec une telle intensité qui ne baisse pas, le 5/5 arrivera.

Le Moment M – Gabriele V

Un titre sympa et original, qui ne dévoile que peu de choses sur l’histoire.

Le résumé nous éclairera peut-être un peu plus :

« Pardonnons-nous notre inconscience. » 2088. Les êtres humains ne vivent qu’a travers leur avatar, jusqu’au jour où tous les satellites s’arrêtent d’un coup. Déconnecté, le monde sombre alors dans la panique totale. Une guerre civile se déclenche. Lyssandre – l’illuminée, comme ils disent – y reconnaît les premiers signes de La Prophétie. Celle que les Évolutionnistes proclament depuis Le Bouleversement ayant décimé la moitié de la population mondiale, alors qu’elle n’était qu’une enfant. Elle qui pensait que tout était perdu, finalement tout commence ! Elle ne se doute pas, en s’échappant ce jour là, que sa route sera semée de surprises et de rencontres. Bonnes ou mauvaises ? Seule la destinée le sait. »

Quand on lit les premiers chapitres on pourrait croire que ce résumé est trop explicite, mais il y a tellement de personnages en scène dès les premières pages que nous changeons rapidement d’avis.

Un rythme soutenu sans pour autant avoir beaucoup d’actions immédiates.

L’envie de découvrir ce que cache l’utilisation excessive des avatars est bien amené.

Parfois les descriptions des personnages sont très rapides ou explicites ce qui perd un peu le lecteur, sur qui est qui.

Néanmoins c’est une histoire agréable à suivre qui utilise les nouveaux codes de la plateforme avec intelligence (bulle de dialogues par exemple.)

La partie quantique présente mais peu développée pour le moment apporte la touche imaginaire.

Une autre dimension, mais alors dans quelle condition l’être humain arrive-t-il à communiquer avec eux ?

Comment en arriver là, utilisant des avatars à la place de notre apparence organique?

Voilà des questions que l’on se pose en lisant ce texte. C’est une bonne nouvelle. Une histoire qui intrigue relève d’une belle plume et d’une originalité certaine.

Je retiens encore beaucoup de questions, un univers riche qui se met en place.

Dans l’attente d’avoir plus de réponses et en vous invitant à découvrir ce début prometteur.

Points Forts :

Une plume fluide. Une histoire qui donne l’impression d’être bien ficelée.

Points Faibles :

Beaucoup de personnage et de changement de points de vue qui peuvent perdre le lecteur.

Ce n’est qu’un rôle de plus – Stella-7

Deuxième article sur cette auteure, qui a écrit Yellowstone pour le concours UA.
Ce qui nous amène donc ici à une New Romance en bonne et due forme.

Résumé :
Quand le simple service d’accompagner son patron à une soirée se retourne contre vous. C’est ce qui va arriver à Martha. Cette soirée qui devait juste sortir d’affaire Brett, son patron, et, elle, lui rapporter une prime, va finalement faire resurgir son passé. Arrivera-t-elle à garder son identité cachée et ne pas se faire rattraper par son passé ? Amour, complots et manipulations sont au rendez-vous dans Ce n’est qu’un rôle de plus.

Cette façon de structurer son résumé est géniale.
On dirait une sorte de Teaser de film. On ne sait pas grand chose et justement on a envie d’en savoir plus.

La bonne nouvelle, c’est qu’il y a 10 chapitres… Vous savez ce que cela signifie.
Points forts et points faibles décortiqués, note Fyctia et la mienne…
Allez, lecture maintenant !

Au premier coup d’oeil, je vois que l’auteur ne découpe pas ses chapitres en fonction des parties. Elle préfère prendre plusieurs parties pour un chapitre.
(Il doit y avoir de la consistance dans cette histoire, bon point.)

L’histoire est intéressante. Trahison, amour, relation interne, espionnage industrielle (infiltration)… Pour le coup on est dans le thème.

Maintenant je ne sais pas si j’accroche. L’écriture de l’auteure est fluide et propre, ce n’est pas un soucis. Néanmoins par moment j’ai l’impression que les personnages ne sont pas assez exploités.

Il manque de l’avant et de l’après. Une contextualisation.
J’aimerai savoir pourquoi l’héroïne réagit comme ça, ses sensations, ses doutes, ses peurs… Les actions découlent rapidement et c’est agréable mais par moment des passages sur la profondeur des personnages aideraient à s’immerger complètement.

L’affaire d’un patron ultra sexy… C’est déjà-vu mais ce n’est pas gênant si l’auteure tourne l’infiltration d’une manière peu conventionnelle.

Il a un bon potentiel, mais je reste un peu perdue pour le moment. J’attends d’avoir d’autres chapitres pour vous en dire plus.

Points forts :
Complètement dans le thème.
Un patron qui colle au pdg travailleur, mystérieux et sexy… (Bref la NR).
Une plume qui se lit aisément.
Un peu d’humour.

Points faibles :
J’ai du mal à comprendre la psychologie et le passif de l’héroïne principale.
Parfois l’action coupe la scène. Plus de descriptions et de « longueurs » aideraient.
Quelques coquilles et répétitions.

Note de la plateforme :

Une note complètement logique.

Et Après… La République du Trégor – Paula Alexander

Ma deuxième chronique « Et après… » concerne le livre de Paula Alexander, publié après sa victoire sur la plateforme Fyctia : La République du Trégor.

Contexte de publication :

Le titre de ce roman a connu de nombreuses péripéties.
Après des premiers pas hésitants sur une autre plateforme sous le nom : Chronique d’Isatis, l’auteur l’inscrit sur le concours UA : Destiné(e) avec comme petit nom Trégor.

On se rapproche un peu plus de La République du Trégor, qu’elle donnera à son récit au moment de gagner la première place du concours et de se voir publier aux éditions La condamine (en numérique) et chez Le Lys bleu (version papier).

Une finaliste… Que dis-je une gagnante de concours Fyctia ! Mais alors que vaut cette histoire, réponse dans la suite de la chronique.

Allez, je donne mon avis ! Ah non, soyons méthodique…

Avant cela découvrons ensemble le résumé :
 » Et si Katniss Everdeen avait été une tueuse à la solde de la République ?
Tueuse au compte de la République qui gouverne le Trégor depuis le terrible « Chaos », Isatis a pour mission d’éliminer les opposants au pouvoir, Les Lemmings.
Parmi eux se trouve Alec, la cible numéro un d’Isatis, mais également l’une de ses principales faiblesses.
Alors qu’elle débute une nouvelle mission de la plus haute importance, la tueuse va se retrouver au plus près de ses ennemis. Le mystèrieux Alec pourrait bien en profiter pour bousculer ses certitudes et remettre en question les fondements même de son existence.
Entre deux idéologies et deux hommes que tout oppose, les certitudes et le coeur d’Isatis balancent. Parviendra-t-elle a discerner le vrai du faux et à faire un choix qu’elle ne regrettera pas? »

Avais-je oublié de mentionner que l’auteure a eu l’idée de l’univers du Trégor en refermant les livres de la saga Hunger Games. Passionnée de Science-fiction, l’auteure nous emmène avec elle.

Ici ce résumé omet selon moi une chose, le deuxième homme.
(Oui parce qu’on parle de deux hommes que tout oppose, on dit le nom du petit Alec, mais l’autre plouf noyé dans la masse).
C’est un détail, mais j’aime bien la parité (et j’aime surtout beaucoup le personnage).

Mon avis :
Vous savez ce que je n’aime pas ? Les trames qu’on devine aisément. Celles évidentes et clichées. Et puis il y a les autres… Abouties, étonnantes…surprenantes.
Celles qui bouleversent et qui maltraitent notre petit coeur de lecteur.

La République du Trégor m’a malaxée les sentiments à de nombreuses reprises. Je ne me suis pas identifiée à l’héroïne, j’en suis incapable. Je l’ai incarnée. Ses pas étaient les miens. Jamais ce que je suis arrivera à la cheville d’une telle femme mais qu’importe, pendant mes heures de lecture j’ai pensé comme une guerrière, une femme forte de ses convictions et attentes.

L’intrigue est si plausible et imaginaire à la fois.
Une dystopie qui ne sonne pas comme une redondance de l’échéance climatique qui nous attends. Non. Ici vous avez droit dans les yeux, le fléau de l’humanité. Le poison de cette apocalypse dont tout le monde a peur.
L’être humain.

Avec cette histoire, on se demande d’où l’on tient nos croyances, nos connaissances, nos peurs et nos certitudes.
Avons-nous eu un jour un véritable libre arbitre ?
Notre famille, notre école, notre milieu et notre présent dictent-ils notre vie sans nous laisser le choix de notre futur ?

Voici mes observations très Terre à Terre

Les personnages : Un personnage principal féminin (un seul point de vue tout au long du livre), avec énormément de caractères. Ici, je ne vous parle pas d’une femme avec bagou et crise de nerfs récurrents. Non. L’auteure jauge avec subtilité son personnage. La psychologie est façonnée de son plus jeune âge à sa majorité. Failles, forces, connaissances, peurs… Rien ne passe à travers la plume de l’auteure.

Si je vous parle des personnages, je vous avoue que j’ai un faible sur la manière dont l’auteure parle des groupements militarisés comme une famille. C’est vrai. L’effet de groupe soudé jusqu’à la mort n’a rien de comparable aux liens du sang. Elle l’a très bien compris et pour cela bravo.

Au fil des pages, j’ai vibré et serré les dents. Même si l’auteure a exactement fait ce qu’il faut pour son intrigue, nous nous permettons de rêver qu’une autre solution existe. Dans ces moments-là, quand on ferme le livre et que notre coeur, notre esprit et notre souffle restent happés là-bas, avant ce petit point final, il n’y a rien d’autre à dire.

La propriétaire de ces mots a gagné. Son livre a emporté une lectrice.

Pour une première histoire terminée, je trouve que l’auteure n’a absolument pas à rougir de son roman. Il offre aux lecteurs la possibilité de se questionner sur l’actualité, le climat, la relation homme-femme, la technologie… Rien ne semble superficiel dans ce texte.

Si je dois donner un bémol cela correspond peut-être au dernier chapitre. J’aurai coupé avant… Enfin j’en suis pas sûre. Une partie de moi est contente d’en avoir « appris » plus (pas de spoil no stress) et en même temps, il y a une phrase choc qui fait écho au début du livre qui me plaisait bien comme mot de fin.
Je suis mitigée sur ça.

Pas de suite pour cette histoire.
Tout du moins, je n’en ai pas l’impression.
Pour moi, elle convient sans rien après.

Le Passage Note

Lire c’est un plaisir, ayant un coût.
Je délivre une note amenant le coût et la qualité ensemble :

EBOOK
👍🏻👍🏻👍🏻👍🏻👍🏻
Cette histoire mérite un 5/5.
243 pages, des rebondissements et révélations inattendues, le lecteur tenu en haleine jusqu’à l’avant dernier chapitre, de l’amour… pour un prix de 3,99€.

LIVRE BROCHÉ ( PAPIER)
Pour un prix de 18,80 €
Elle mérite un 4/5.
👍🏻👍🏻👍🏻👍🏻

↙️ Lien pour votre achat & Instagram du blog ⤵️

Facebook de l’auteur 👍🏻
Instagram de l’auteur 👍🏻

Le Miroir – Laureline Eliot

J’avais entendu parler de l’auteur sur la plateforme et son histoire Animalink m’avait donné envie… (Oui ma flémingite aiguë avait du vaincre cette idée pour la mettre au placard, mais maintenant on a la super option « ajouter à la liste de lecture »… bref je m’égare comme d’habitude.)

Résumons Résumons (enfin l’auteur hein…)
« Bonjour, Si tu te sens à contrecourant de la société actuelle et de ses diktats de perfection, alors tu viens de trouver ta maison. Si tu es différent, que tu fais partie de ceux que l’on classe comme marginal, tu es au bon endroit. Tu n’entres dans aucune case, tu n’es ni beau (selon les standards habituels), ni riche, ni un globe-trotteur se baignant dans les mers du sud ; tu ne sais pas te maquiller, cuisiner ou éduquer tes enfants avec brio ? Welcome ! Tu rêves pourtant d’un lieu où prendre la parole, toi à qui on ne la donne jamais. Toi aussi, tu veux partager le feu ardent qui brûle en toi ? Alors reste ici. Nous sommes vous. Et si NOUS devenions la norme ? Bienvenue de l’autre côté du Miroir… »

Ahah, alors vous avez pas vu ma réaction quand j’ai copié-collé le résumé mais c’était épique (oui je copie-colle sans lire).
J’ai cru avoir fait une mauvaise manipulation (franchement ça m’arrive souvent). Mais non, c’est bien un résumé.
Ultra étrange et original de s’adresser au lecteur. Déjà BIG bon point, parce que l’originalité sur une plateforme jeune et remplie d’idées farfelues… Bah c’est ultra rare.

Franchement on dirait presque la pub de la plateforme Fyctia. (Alors les mamans ou papas on se calment tout de suite I see you (ça colle tellement dans le thème de cette histoire, j’étais obligée)… Et aussi les blogueuses maquillages je vous entends déjà râler… et puis ceux qui se trouvent ultra beaux aussi 🤦🏼‍♀️… J’ai dit presque.)

Il n’y a qu’un chapitre alors bonjour la frustration. Par contre, son nom est à tomber… Sioban (je ne sais pas pourquoi…mais j’adhère complètement. Ah les femmes on est bien compliquée et parfois pas du tout…)

La phrase à retenir du premier chapitre :
 » Nous sommes vous. »

Une phrase déjà présente dans le résumé et ironiquement pas flippante du tout...

Je suis en PLS actuellement… Ce chapitre m’a rendu hyper triste alors que je n’ai pas encore eu le temps de m’attacher au personnage.

Ça fait peur pour la suite…

L’auteur vient déjà de me happer dans son histoire. C’est la première qui le fait aussi rapidement en UA.
Je reviens vite vers vous quand elle publie un autre chapitre…
Mais franchement allez voir et revenez me dire ce que vous avez pensé de son écriture.

Honnêtement, elle est frappante cette auteur !

👾 MISE A JOUR 4 CHAPITRES 👾

Deuxième chapitre, des larmes. Elles ont dévalé mes petits joues sans prévenir. J’en suis encore tremblante à quel point l’émotion et la situation du personnage rentre dans notre chair. L’autre a un véritable talent pour transmettre des émotions pleines et fortes.

Je crois qu’au delà de l’intrigue attirante, j’ai envie de lire la suite pour les deux personnages principaux (double narration ici aussi). En deux chapitres chacun, je suis happée dans leur vie.

Mes doigts sont engourdis après une lecture intense. C’est ce genre de littérature qui m’interdirait de refermer l’histoire et qui s’infiltrerait dans mon esprit un bon moment.
Tout du moins si l’auteure continue sur cette voie.

On dit souvent qu’un bon roman touche.
En suivant cette règle, ce récit promet d’être exceptionnel.

Si vous avez envie de douceur et bon sentiment…
ce n’est peut-être pas la lecture appropriée.

Projet Black Sun – Erhil

J’ai entendu parlé de cette histoire il y a déjà un moment, c’est l’excuse rêvée pour la décortiquer !

Résumé :
2167. La technologie connait un pic de développement sans précédent. Tout les citoyens doivent se faire implanter à leur naissance une puce électronique, devenu un outil indispensable pour vivre dans une société sombre et brisée. Ils pensaient avoir accès à l’information et à la connaissance ? Ils ont eu des chaînes. Le peuple est retenu en otage. Dans ce chaos organisé : Ayden, un chasseur de primes antipathique deviendra, malgré lui, la clé de leur liberté.

Le résumé ne gâche rien, bon point.

Commençons tout de suite par les choses qui fâchent.
Je n’aime pas du tout les deux-trois premiers chapitres. Ils sont bourratifs et peu aérés.

MAIS

C’est ce qu’il y a de bien avec cette histoire. Le contraste énorme entre le début et le reste actuellement en ligne.
Le quatrième chapitre m’embarque. Je réalise le potentiel de l’auteur. L’aération des blocs de narrations est là, un souffle de dialogue apporte une légèreté et fluidité qui manquait de prime abord…

Et un duo improbable, brillant de simplicité et de complémentarité se met en place.
Le côté lugubre s’adoucit avec l’arrivée d’un personnage plus léger et optimiste.

Le thème est typiquement futuriste, mais il reste des touches innovantes et personnelles qui donnent envie d’aller plus loin dans la lecture.

J’hésite entre lire un Assassin Screed des temps modernes (avec les scènes de cavales, des montées sur les murs et de chutes vertigineuses) ou un K-2000 avec comme voiture intelligente, l’être humain.

La fine équipe qui se dessine par touche est sympathique. Des personnages divers qui ne se mélangent pour le moment pas les uns aux autres.

Points Forts :
Une duo principal attachant.
Une équipe hétéroclite et bien amenée.
Descriptions et univers maîtrisés.
Une amélioration du texte au fil des chapitres.

Points Faibles :
Les trois premiers chapitres qui peuvent freiner à la lecture. (mais il faut laisser une chance à ce texte).
Des fautes, de conjugaisons principalement.

La Note de la plateforme Fyctia :

Une note cohérente.
Je salue les efforts de l’auteur et les amélioration en place depuis plusieurs chapitres !

Le Mausolée de l’Humanité –

Un titre bien déprimant !

Résumé :
Au fil de l’histoire, les hommes se sont battus pour des territoire, de l’eau, de l’or, des pierres précieuses, des minerais, du pétrole, la lune, des technologies de pointe… Aujourd’hui, ils se battent pour des femmes. Dans cette guerre des femmes, la voix d’une d’entre-elles s’est élevée. « Il ne nous reste plus rien. Les hommes nous ont tout volé. Sauf notre droit de mourir. Puisque nous ne pouvons être libres ici-bas, rejoignons l’au-delà. » Les hommes se sont moqués, ont commenté hilares « la révolution du vagin ». Puis ils ont oublié. Mais beaucoup de femmes avaient entendu l’appel. Le 9 mars 2059 vit s’éteindre la moitié d’entre-elles. Laissant l’autre totalement désemparée.

Le résumé ne gâche rien et j’aime ça !

Cette histoire est un constat plutôt noir et alarmant sur l’état des femmes. Moi qui m’imagine un monde où le Woman Power a soulevé des montagnes, l’auteure nous dépeint une réalité à l’opposé. Vous pensiez être opprimé en tant que femmes aujourd’hui… Alors ne lisez pas cette historie. Ou plutôt si, peut-être que notre quotidien nous paraîtra moins morne.

Forcément ce thème fait réagir. C’est évident. Brûlant d’actualité (même si j’ose espérer que notre futur ne ressemble absolument pas à ça), bien amené et fluide.

Un air de Mad Max plus moderne, les femmes sont traitées comme de la m***** il faut le dire. C’est d’ailleurs étonnant vu la valeur qu’elles ont. Mais comme le film référence, l’être humain à parfois du mal à comprendre qu’il vaut mieux protéger qu’assouvir une chose de valeur.

C’est une très bonne histoire. Un peu noire, juste ce qu’il faut.

La plume de l’auteure est efficace. Très peu de choses à redire.

Place à la frustration de n’avoir que si peu de chapitres. Je reviens vers vous dès que l’auteur atteint les dix pour Points Forts, Points Faibles et Note.

La ligue des Insurgés

Le titre me fait penser à la ligue des justiciers version apocalypse climatique.

Résumé : (Un peu trop d’informations ici ↙️)
2127. Le monde est régit par ceux qui se font appeler les Libérateurs. Ils contrôlent les finances, appliquent leurs propres lois, surveillent la population. La Ligue des Insurgés a été créé dans le plus grand des secrets pour éliminer ces tyrans. Ethan Cooper a toujours vécu dans ce monde. Orphelin depuis ses 5 ans, devenu un enfant à problèmes il est recruté par la Ligue à l’âge de 12 ans. Gabriella Moreno vient de perdre ses parents, lâchement assassinés. Elle ne souhaite qu’une chose se venger. Comme tous les agents, ils n’ont plus rien à perdre. Comme tous les agents, ils sont sans pitié. Mais leur rencontre va tout changer.

Il y a un prologue mais qui ne gâche rien. Par contre le résumé est un peu trop fourni à mon goût.

L’intrigue est plutôt sympa, même si elle ne fait que démarrer (6 parties dont 1 prologue, en ligne actuellement). Les thèmes de suprématie et vengeance collent bien ensemble (notamment dans Divergente).

Un petit air de District 9 (de Neill Blomkamp) me vient à l’esprit quand on suit la cavalcade de la jeune femme dans une ville brisée par les inégalités.

Points Forts :
Un personnage féminin qui à l’air d’en avoir sous la semelle.
La vengeance comme carburant.
La technologie du futur est là sans être omniprésente.
Des dialogues intéressants entre les personnages.

Points Faibles :
L’auteure pourrait alléger ses phrases et donner un peu plus d’éléments sur la psychologie et les sentiments de son personnage.

Je ne peux pas dire grand chose de plus n’ayant que 6 chapitres sous la dent, mais cette histoire m’intrigue. Je ne sais pas comment l’auteure peut tourner la suite de manière surprenante… A suivre donc.