Evolution – Lana.M

Dans le trio de tête du classement depuis le début de ce concours, j’avais bien envie de découvrir cette histoire. Un titre assez parlant soyons honnête.

Le résumé :
L’Homme avait imaginé sa perte. Le déferlement climatique allait assécher nos rivières, détruire nos maisons. C’était sans compter sur la Limora, cette maladie incurable qui s’est répandue dans le monde comme une traînée de poudre, décimant des peuples et des régions entières. Ce que nous n’avions pas imaginé, c’est que l’homme s’adapterait et que moi, j’en serais la preuve. Je suis l’évolution de l’humanité, la première de mon espèce, la sauveuse.

J’ai dérogé à ma première règle, lire le résumé avant de commencer ma lecture. J’espère qu’il ne gâche pas trop les premières parties…

🙆‍♀️🤦🏼‍♀️

Première bonne nouvelle, le résumé n’est pas du tout une mauvaise chose.
La première partie commence directement au point de vue de la sauveuse.

J’ai eu du mal avec l’effet « bloc » du texte. Peu d’aération, pas de vrai paragraphe… Et aucun dialogue pour le premier chapitre.
Mes petits yeux se sont plissés de peur.

Cependant, l’écriture fluide de l’auteure nous permet de passer outre cette première impression un peu « bourrative ».
Son thème médical est survolé dans les premiers chapitres.

J’avais personnellement imaginé un univers plus médicalisé et scientifique en lisant le résumé. Au lieu de cela, on suit plus précisément la vie de la sauveuse et de son entourage proche, qui n’a rien d’une famille, paisible et aimante.

Mais alors où allons-nous avec cette histoire ? 🧐

Ce texte regorge de genres différents.
Une part mystique/fantastique, une autre d’univers alternatif dans le futur et la dimension de la romance… un melting-pot qui fonctionne.

Je dirais qu’en 19 chapitres, plus de questions ont été soulevées que d’actions.
Le lecteur a envie de savoir les tenants et les aboutissants de cette histoire. Il ne faut pas que cet état latent dure une dizaine de chapitres supplémentaires, mais pour le moment ils ont eu lieu d’exister.

En ce qui concerne la structure propre du texte, la double narration (que je n’affectionne pas particulièrement) est ici un plus.
On passe d’une femme à un homme n’ayant pas les mêmes postes et enjeux, ni le même vécu, cela nous permet d’analyser ce futur de deux manières très divergentes.

Ce qui est plaisant pour les technophobes, c’est que ce futur n’a pas l’air aussi technologique que la plupart des textes proposés sur ce concours UA.
L’auteure joue sur les relations humaines. Les dialogues sont réalistes et à la portée de notre société. On sent que la sensibilité des êtres humains est aussi vitale que la science de ce texte.

Points forts :
Une idée originale.
Trois genres de littérature mélangés.
Une plume fluide et claire.
La double narration est maîtrisée et apporte réellement à l’histoire.

Points faibles :
L’effet bloc sur la narration.
Survoler les détails médicaux peut un moment pénaliser le récit (mais l’auteure à encore le temps d’intégrer des éléments dans ce sens.
Quelques fautes, mais rien de gênant à la compréhension du texte.

Note sur la plateforme Fyctia :

Le 3/5 me paraît un peu sec. Cette histoire n’a pas de gros défauts et pourrait mériter un 4/5.

Même si cette histoire n’est pas un coup de coeur, je comprends aisément son classement. La plume de l’auteure est de qualité. L’histoire originale, couvre plusieurs genres sans être tranchée dans une catégorie précise, ouvrant cette dernière à un large public.

Laisser un commentaire