L’esclave de La Chapelle – Landry

L’une des auteurs les plus prolifiques sur la plateforme dont je vais lire une première histoire. (Un autre article arrive la semaine prochaine en UA.)

Résumé :
La Chapelle des Immaculés, nom d’une secte où ma sœur a fait l’immense erreur de s’y intégrer et où elle risque la mort. Cette organisation est bien plus puissante que l’on puisse penser, et si j’interviens de façon extérieure, ils m’exécuteront sur-le-champ. Je dois me faire passer pour l’une d’eux afin de pouvoir atteindre Talia. Cependant, alors que je pensais que tout irait bien, un fanatique ténébreux et sagace vient entraver mon chemin…

Avant de commencer quoique ce soit, bonne nouvelle 20 chapitres.
Après ma lecture, vous pourrez en savoir un peu plus sur cette histoire !

Le résumé ne gâche absolument rien de l’histoire, c’est déjà un bon point.

Premier coup d’oeil, je vois que les noms des chapitres sont très travaillés. Dans une observation purement esthétique, c’est beau.

Ma lecture…

Je n’aimais pas trop les 3 premiers chapitres trop rapides et convenus pour moi. Le chapitre 4 me réconcilie un peu avec cette histoire. La tension monte et on commence à se mettre à la place de l’héroïne.

Du chapitre 4 au 20è, j’ai lu sans m’arrêter.
La plume de l’auteure est fluide, on ne peut pas lui enlever.

Malgré un gros moment d’adaptation, j’ai réussi à aimer son histoire. Son thème est bien des autres proposés sur la plateforme.
Choisir la secte comme centre névralgique d’une romance c’est osé.

J’ai l’impression que l’auteure est plus à l’aise avec l’environnement secte que celui contemporain de tous les jours. Tout du moins, je prends plaisir à lire les passages centrés sur la secte. Manière de vivre, de réfléchir… Les lois et les contraintes sont réalistes et bien travaillées.

Pour rendre cette histoire plus prenante depuis le début j’enlèverais une partie du début et révélerais la pépite qui se cache un peu plus loin.

En ce qui concerne le personnage principal, elle m’a longtemps exaspérée. Ses actions et pensées un peu naïves et convenues.
Mais sa maladresse m’a aussi beaucoup fait sourire. Cette femme est maladroite, perdue, profondément gentille – d’où la naïveté à l’excès – et néanmoins obstinée et courageuse.

Le déroulement de l’histoire amène une dimension malsaine de l’amour que la plume de l’auteure arrive à nous faire accepter.

C’est une des belles choses de cette histoire : L’amour ce n’est pas toujours un sentiment pur et fort. Parfois, on aime le flou et sombre.

Points Forts :
La secte est très bien utilisée.
Un suspense et des niveaux de romances qui se chevauchent.
Une description en milieu « secte » (drôle d’expression) parfaite.

Points Faibles :
Le début est un peu trop flou, rapide et superficiel. (La raccourcir ou l’approfondir, mais ne pas le laisser comme ça selon moi.)
Pas d’espace entre les dialogues et les blocs de narration (Moi radoteuse ? A peine 🙆‍♀️).
Quelques répétitions par moment. Très peu de fautes d’orthographes.

Note de la plateforme Fyctia :

Une bonne note pour une histoire à 100% dans le thème, qui mérite de légers ajustements, mais rien qui ne gâche une première lecture !
Si l’histoire commençait directement dans le bain de la secte – tout du moins plus rapidement – Je pourrais être tentée de lui octroyer un 5/5.

Anecdotes :
Après cette histoire, je vais me coucher moins bête.
J’ai appris le mot, sectataire (qui me fait beaucoup sourire) – non pas que je me sois déjà posé la question de comment se nommait une personne adepte d’une secte -.
Ainsi que le nom précis d’une pâtisserie : millionnaires shortbread (que l’auteure semble particulièrement apprécier) et qui n’a pas l’air mauvaise.

L’Amarante Noire – Miskail

Inculte que je suis, le mot amarante ne me disait absolument rien avant une petite recherche sur google… Et c’est intriguant de ne pas savoir, alors j’ai attendu la fin de ma lecture pour chercher. 😏

Restez bien accroché, le résumé le plus court de l’histoire !

Le voici :
« Capiteux : se dit du parfum d’une fleur qui monte à la tête, jusqu’à l’ivresse… »

Il n’y a que 9 chapitres à cette histoire actuellement.
Les trois premiers chapitres de cette histoire ne m’ont pas réellement emballés.
Les dialogues sont nombreux, plus que les descriptions et j’ai du mal à me projeter dans cet univers.
Néanmoins en progressant j’ai commencé à superposer naturellement cette histoire dans un cadre à la Banlieue 13 (de Pierre Morel) et j’ai commencé à apprécier grandement les dialogues.
Ces derniers sont vrais et réalistes, tout comme la manière dont l’auteur aborde le thème de la mafia. Ici pas de glamour ou d’utopie.
Un milieu de requin sanguinaire avec une baronne du crime aux airs de mante religieuse ou veuve noire… Classe, noirceur et respect émanent du personnage de L’Amarante Noire. Entre méchante de l’histoire et protectrice de notre héros, on l’aime.
Elle me fait penser à une version plus sombre de Maléfique (Robert Stromberg ou Joachim Rønning). Bref, avoir une femme de pouvoir et d’influence bien construite dans un roman UA c’est agréable.

Points Forts :
Réalisme des actions, faits, dialogues… L’auteure n’utilise pas des raccourcis foireux ou des dialogues sans queue ni tête.
Un thème original.

Points Faibles
:
Manque de descriptions par moment entre les dialogues conséquents.

Note de la plateforme :

La note maximale donnée par les lecteurs.
Bravo !
Il n’y a pas encore 10 chapitres… Vous savez que c’est un principe, je ne peux donner mon avis sur cette note parfaite donnée par le reste des lecteurs de la plateforme.

Comunity – Luna Joice

Une auteure déjà initiée à la plateforme, qui revient gonfler les rangs de ce concours UA.

Résumé : L’homme n’est plus celui qu’il était grâce à Comunity. Une technologie permettant d’activer des zones du cerveau et ainsi développer sa télépathie. Depuis sa création, l’être humain et la Terre en ont été bouleversé. Des décisions ont été prises et des modes de vies abolies. Et sur une planète maintenant pacifiste, Lyah mène sa vie de jeune étudiante comme tous les autres en zone T6. Sauf que son monde tel qu’elle le connait va changer. Des centaines d’années avant, des générations précédentes, ont envoyé un message dans l’espace. Une onde radio appelé Arecibo, décrivant qui nous sommes et où nous vivons. Et 4000 ans après, une réponse vient enfin.

Bravo à l’auteure, ce résumé n’est absolument pas trop explicite, juste ce qu’il faut.
Il ne gâche aucune des parties que j’ai lue. (14 en ligne actuellement.)

Premier gros bon point… Son prologue. (Suis-je tombée sur la tête ? Moi, aimer un prologue ? Impossible…mais vrai.)

Cette partie donne les clés de compréhension de l’univers Comunity.
Une partie quasiment théorique, relatant les lois propres à l’histoire de l’auteure.

Element clair, précis et nécessaire pour nous plonger dans un milieu géopolitique, socioculturelle et affectif très différent de notre monde actuel.

Aucune double narration ici.
Un personnage. Premier personne du singulier.
Une vision non-omnisciente.

Le lecteur n’est pas perdu. Il comprend sans grand moment explicatif l’état de notre chère planète Terre et des habitants, nos descendants (très lointains).

La technologie coule sans paraître étrange. Les personnages amènent des faits factuels de temps en temps pour aiguiller le lecteur sans paraître explicatif et lourd.

Utiliser des cours d’histoires pour retracer les milliers d’années écoulées et ainsi expliquer le « Pourquoi du comment », c’est une technique vieille comme le monde, mais fichtre que c’est efficace.

En tant normal, je n’aime pas suivre les aventures d’une jeune (ou d’un jeune). Il y a toujours ces côtés d’immaturité et de futilité qui m’exaspèrent. (C’est souvent trop caricaturé).
Ici, ce n’est pas le cas. L’auteure est honnête avec son contexte. Les êtres humains ne sont plus ce que l’on connaît et ils évoluent avec les nouvelles règles. Aucune pseudo rébellion adolescente gâche l’histoire dès les premières phrases.

Points Forts :
Thème fort et d’actualité.
On ne s’attend pas au premier rebondissement après une dizaine de chapitres !
Le personnage principal est réaliste et attachant.
Un univers maîtrisé à la perfection. (détail des accessoires, technologies, répartition géographique, ressources, métiers…)

Points Faibles :
Pour être un peu pointilleuse sur la forme, il manque pour moi des espaces entre les blocs de narration et les dialogues. (Bref ce n’est pas vraiment un point faible 🤦🏼‍♀️).

La note de la plateforme :

Bon…
Je donne cette même note pour le moment.
MAIS si l’auteure continue comme cela, elle devrait changer en 5/5 et devenir un coup de coeur.
Les chapitres ne sont pas encore assez nombreux pour que je puisse donner un gros OUI.

Rien ne gâche cette histoire, il me manque simplement ce petit déclic que je pressens arriver.