Queen – Landry

Deuxième histoire que je lis de cette auteure. (J’ai adoré son histoire pour le concours NR – Infiltré(e).)

Résumé :
« Trois-cents ans plus tard, après une longue époque glorieuse des nouvelles technologies, les sociétés se rétrogradent et la robotique reste malgré tout au centre des convoitises. L’être humain, dont le gêne a été modifié, cherche avant tout une chose : être parfait. Queen est la cheffe d’un clan d’êtres « imparfaits », les Exilés, et face à l’hostilité des nations et le désastre du réchauffement climatique, elle sera le flambeau parmi les ombres. »

Premier chapitre et directement plongée dans le bain de l’action – et ce n’est pas un euphémisme.

On retrouve immédiatement la plume fluide et recherchée de l’auteure. Cette dernière maîtrise comme dans L’esclave de La Chapelle, les tournures et notre belle langue française. Mais parlons fond…

Contrairement à son histoire NR, je n’accroche pas. Le thème des « beaux/parfaits » et des « exclus/moches/différents » est très répandu dans le milieu. Ce qui est d’ailleurs drôle dans une société où nous prônons l’acceptation de soi de partir aussi souvent sur ce genre de sujet. – je divague-.

Le temps du passé n’est pas la meilleure solution pour ce texte je trouve. Il ne m’aide pas à m’attacher aux personnages, malgré l’effort de construction de l’auteure autour de Queen.

Points Forts :
Une plume agréable et de qualité.
De belles descriptions.

Points Faibles :
Rentrer dans l’histoire est compliqué.
Thème très récurrent (l’originalité peut arriver après.)

Après 7 chapitres, je ne peux pas faire un vrai retour intéressant. J’ai besoin de deux ou trois parties en plus pour savoir si je pourrais me plonger dans l’histoire.

Laisser un commentaire