HOLO – JOHN ROSS

Plusieurs lecteurs ont l’air ravis de cette histoire, je me suis donc dis, pourquoi pas.

Résumé :
Les Holos sont partout : au travail, dans les rues, dans nos maisons. Jusque dans nos fantasmes les plus intimes. L’alliance contre-nature de la technologie holographique et de l’intelligence artificielle nous a même permis d’échapper au deuil, à l’absence de l’autre. Et de réaliser ainsi notre rêve le plus fou : vaincre la mort. Au prix de notre âme. Mais la Faucheuse rôde. Elle réclame son tribut. Le désabusé lieutenant Rod Bernstein refuse ce nouveau monde. Le fougueux détective Daniel Sanders, lui, l’accueille à bras ouverts. Ensemble, ils devront lever le voile de lumière qui nimbe une société en proie à ses propres illusions et affronter les démons qu’elle a créés.

Le thème du futur est tout de suite présent dans le résumé. La manière dont l’auteur tourne cette histoire de mort qui rode donne une atmosphère thriller.

La lecture.
Actuellement, il y cinq parties, dont une « avant-propos » n’étant pas le début de l’histoire ou un prologue. Ce qui ne me permet pas d’aller très loin dans mes remarques pour le moment (Pas de points forts/faibles – ni de note).

En ayant lu les premiers chapitres, je pense à une version entre The Expanse (pour le côté flic avec de la technologie) et Altered Carbon.
Ce sont des références que vous pouvez noter très flatteuses.

En terme de style rien à dire. L’auteur à une plume fluide, un phrasé précis et qui est bien à lui j’ai l’impression.
On rentre tout de suite dans ce thème très futuriste par la technologie, mais très proche de notre société de par les problématiques sociales.
Le premier chapitre m’a ému. L’ambiance était mélancolique. Je suis tout de suite rentrée dans l’histoire. Les autres chapitres amènent beaucoup d’éléments technologiques ce qui a légèrement ralenti ma progression dans la lecture, mais c’est normal je voulais bien assimiler ce nouveau monde où les hologrammes sont partout.

SO,
Si l’auteur continue comme ça, il tombera dans l’un de mes premiers coups de coeur c’est certain.

👾 MISE A JOUR 12 CHAPITRES 👾

DE RETOUR !

Sans surprise, l’auteur remporte l’une de mes places coups de coeur dans ce concours UA.

Son histoire est une savant et savoureux mélange de thriller, romance, fait de société et roman de science fiction technologique.

J’ai été prise dans l’histoire sans effort. Me replonger au milieu d’hologramme et de multiples personnages ne m’a pas dérangé même après un mois de pause dans la progression de ma lecture. C’est un très bon point.

Points Forts :
Une plume précise, vif, sans fioriture.
Un phrasé typique.
Un thème maîtrisé aussi admirablement que son univers.
Un réalisme effrayant pour un futur potentiel…
Un côté thriller très prenant.
Des passages très « psychologiques » et des références à des éléments concrets : religions, Histoire…

Points Faibles :
Le seul bémol reste le tas important d’informations données dans le 4 ème chapitres… (Je chipote.)

La Note de la plateforme :

Une belle note !

Pour ma part je lui offre un 4.5/5… Et si l’histoire continue comme ça, avec une telle intensité qui ne baisse pas, le 5/5 arrivera.

Lumière Originelle – lambert roseline

L’auteure de Quintessence, revient pour une histoire en UA.

Résumé :
« 2320, l’homme a banni la liberté d’exprimer ses croyances. Comment a-t-il pu en arriver là? La réponse, vous la connaissez… Rébellions après rébellions, les fanatiques ont engrainé le monde. Et tout ce que l’homme a redouté, arriva… Je m’appelle Anja. Je travaille dans l’une des dernières bibliothèques. Seuls, certains érudits ont accès aux livres scellés. Je suis à la quête des premiers textes religieux. Ouvrirez-vous le livre de votre histoire ? »

Le résumé est parfait.
Il donne extrêmement envie de lire l’histoire !

Double narration, avec deux personnages de sexes différents et d’âgés également. Leur point de vue très différent apporte un plus même s’il se rejoint rapidement.

C’est peut-être le seul bémol de cette histoire. La vitesse à laquelle les actions s’enchaînent. On ne s’ennuie pas c’est certain, mais en tant que lecteur, l’attachement aux personnages est moins évident à cause de cette rapidité.

L’univers me fait penser à une sorte de Da Vinci Code futuriste.
La part mystique est bien exploitée par l’auteure. On s’y voit et on y croit. Rien n’est caricatural et pour ce genre de thème c’est important.
Croyant ou non, cette histoire peut vous plaire.

Points Forts :
Un thème original et bien maîtrisé. La religion est une thématique très actuelle et le lecteur se prend aisément au jeu.
La multiplicité des points de vue de narration

Points Faibles :
Rapidité des actions (qui peut enchanter certains et déplaire à d’autres).
Quelques coquilles s’invitent dans le récit (mais rien qui n’empêche une lecture fluide.)

La plume de l’auteure est toujours aussi agréable.

La Note de la plateforme :

4/5 c’est aussi ma note. Une bonne histoire tournée vers le futur et le mystique. Un thème complexe à aborder. Une belle plume.

Je conseille vivement la lecture de cette histoire.

Comunity – Luna Joice

Une auteure déjà initiée à la plateforme, qui revient gonfler les rangs de ce concours UA.

Résumé : L’homme n’est plus celui qu’il était grâce à Comunity. Une technologie permettant d’activer des zones du cerveau et ainsi développer sa télépathie. Depuis sa création, l’être humain et la Terre en ont été bouleversé. Des décisions ont été prises et des modes de vies abolies. Et sur une planète maintenant pacifiste, Lyah mène sa vie de jeune étudiante comme tous les autres en zone T6. Sauf que son monde tel qu’elle le connait va changer. Des centaines d’années avant, des générations précédentes, ont envoyé un message dans l’espace. Une onde radio appelé Arecibo, décrivant qui nous sommes et où nous vivons. Et 4000 ans après, une réponse vient enfin.

Bravo à l’auteure, ce résumé n’est absolument pas trop explicite, juste ce qu’il faut.
Il ne gâche aucune des parties que j’ai lue. (14 en ligne actuellement.)

Premier gros bon point… Son prologue. (Suis-je tombée sur la tête ? Moi, aimer un prologue ? Impossible…mais vrai.)

Cette partie donne les clés de compréhension de l’univers Comunity.
Une partie quasiment théorique, relatant les lois propres à l’histoire de l’auteure.

Element clair, précis et nécessaire pour nous plonger dans un milieu géopolitique, socioculturelle et affectif très différent de notre monde actuel.

Aucune double narration ici.
Un personnage. Premier personne du singulier.
Une vision non-omnisciente.

Le lecteur n’est pas perdu. Il comprend sans grand moment explicatif l’état de notre chère planète Terre et des habitants, nos descendants (très lointains).

La technologie coule sans paraître étrange. Les personnages amènent des faits factuels de temps en temps pour aiguiller le lecteur sans paraître explicatif et lourd.

Utiliser des cours d’histoires pour retracer les milliers d’années écoulées et ainsi expliquer le « Pourquoi du comment », c’est une technique vieille comme le monde, mais fichtre que c’est efficace.

En tant normal, je n’aime pas suivre les aventures d’une jeune (ou d’un jeune). Il y a toujours ces côtés d’immaturité et de futilité qui m’exaspèrent. (C’est souvent trop caricaturé).
Ici, ce n’est pas le cas. L’auteure est honnête avec son contexte. Les êtres humains ne sont plus ce que l’on connaît et ils évoluent avec les nouvelles règles. Aucune pseudo rébellion adolescente gâche l’histoire dès les premières phrases.

Points Forts :
Thème fort et d’actualité.
On ne s’attend pas au premier rebondissement après une dizaine de chapitres !
Le personnage principal est réaliste et attachant.
Un univers maîtrisé à la perfection. (détail des accessoires, technologies, répartition géographique, ressources, métiers…)

Points Faibles :
Pour être un peu pointilleuse sur la forme, il manque pour moi des espaces entre les blocs de narration et les dialogues. (Bref ce n’est pas vraiment un point faible 🤦🏼‍♀️).

La note de la plateforme :

Bon…
Je donne cette même note pour le moment.
MAIS si l’auteure continue comme cela, elle devrait changer en 5/5 et devenir un coup de coeur.
Les chapitres ne sont pas encore assez nombreux pour que je puisse donner un gros OUI.

Rien ne gâche cette histoire, il me manque simplement ce petit déclic que je pressens arriver.

New Sky City – Jeliza-RoseBuzor

Un titre dont les influences ne sont pas trompeuses.

Résumé :
Anthéna Moore et Ambrose Dean n’avait rien en commun. Elle rassemblait tout ce qu’il y avait de plus humain sur Terre tandis qu’il était l’intelligence artificielle la plus influente de New Sky City, la cité des immortels. Seulement, le destin n’avait pas prévu une chose: leur rencontre. Entre soumission, pouvoir et manipulation, Anthéna saura-t-elle protéger l’espèce humaine depuis trop longtemps asservie par le peuple le plus puissant du nouvel ordre ? les intouchables ?

Encore une histoire où je reviens avant même d’avoir lu une partie entière.
Enfin même si là c’est un peu le cas… (Vous me sentez pas très claire? Allez jeter un oeil à cette histoire vous comprendrez).

Plus sérieusement, J’ADORE quand on commence de cette manière. Des lois. Des éléments inventés de toutes pièces, qui rendent le contexte vrai, profond et réaliste. Et on comprend rapidement dans quoi on met les pieds.

Cette histoire est surprenante.
Les codes de l’imaginaire et de la science fiction se mélangent à une part de romance bien distillée. Aucun cliché, une avancée douce et agréable.
Pas de bloc de descriptions ni de milliers de dialogues.
L’auteur distille ça et là ce qu’il faut pour être plongée dans son univers. La technologie nouvelle, le contexte historique et géographique… Rien n’est compliqué à comprendre. Et pourtant il y en a du changement dans son monde !

Un genre d’UA futuriste qui peut plaire à un grand nombre de lecteurs. Cette histoire à ce qu’elle faut, là où il faut 😏.

Points forts :
Une plume de qualité !
Un univers maîtrisé.
Des moments conceptualisants qui aident à l’immersion du lecteur. (Loi, définition, chronologie…) sans pour autant être trop.

Points faibles :
Je n’en trouve pas… Et pour vous dire, je ne suis pas la seule à dire « pour chipoter je note que… » Quand l’auteur ne reçoit que ce genre de commentaires (avec les éloges à côté) Jackpot !

La note sur la plateforme Fyctia :

Si vous avez déjà zieuté mes autres articles vous connaissez déjà ma note hein 🙆‍♀️
Moi à cette histoire je lui donne 5/5.
Sans hésiter un coup de coeur pour ce New Sky City qui mélange UA et NR.
Un univers maitrisé à 100%. C’est clair, précis et agréable….
Chapeau l’artiste !

Bon maintenant je retrousse mes manches et je gronde qui ?

– de 300 vues !
Ce n’est pas normal, on y va. On découvre la petite pépite. Hop Hop.

Evolution – Lana.M

Dans le trio de tête du classement depuis le début de ce concours, j’avais bien envie de découvrir cette histoire. Un titre assez parlant soyons honnête.

Le résumé :
L’Homme avait imaginé sa perte. Le déferlement climatique allait assécher nos rivières, détruire nos maisons. C’était sans compter sur la Limora, cette maladie incurable qui s’est répandue dans le monde comme une traînée de poudre, décimant des peuples et des régions entières. Ce que nous n’avions pas imaginé, c’est que l’homme s’adapterait et que moi, j’en serais la preuve. Je suis l’évolution de l’humanité, la première de mon espèce, la sauveuse.

J’ai dérogé à ma première règle, lire le résumé avant de commencer ma lecture. J’espère qu’il ne gâche pas trop les premières parties…

🙆‍♀️🤦🏼‍♀️

Première bonne nouvelle, le résumé n’est pas du tout une mauvaise chose.
La première partie commence directement au point de vue de la sauveuse.

J’ai eu du mal avec l’effet « bloc » du texte. Peu d’aération, pas de vrai paragraphe… Et aucun dialogue pour le premier chapitre.
Mes petits yeux se sont plissés de peur.

Cependant, l’écriture fluide de l’auteure nous permet de passer outre cette première impression un peu « bourrative ».
Son thème médical est survolé dans les premiers chapitres.

J’avais personnellement imaginé un univers plus médicalisé et scientifique en lisant le résumé. Au lieu de cela, on suit plus précisément la vie de la sauveuse et de son entourage proche, qui n’a rien d’une famille, paisible et aimante.

Mais alors où allons-nous avec cette histoire ? 🧐

Ce texte regorge de genres différents.
Une part mystique/fantastique, une autre d’univers alternatif dans le futur et la dimension de la romance… un melting-pot qui fonctionne.

Je dirais qu’en 19 chapitres, plus de questions ont été soulevées que d’actions.
Le lecteur a envie de savoir les tenants et les aboutissants de cette histoire. Il ne faut pas que cet état latent dure une dizaine de chapitres supplémentaires, mais pour le moment ils ont eu lieu d’exister.

En ce qui concerne la structure propre du texte, la double narration (que je n’affectionne pas particulièrement) est ici un plus.
On passe d’une femme à un homme n’ayant pas les mêmes postes et enjeux, ni le même vécu, cela nous permet d’analyser ce futur de deux manières très divergentes.

Ce qui est plaisant pour les technophobes, c’est que ce futur n’a pas l’air aussi technologique que la plupart des textes proposés sur ce concours UA.
L’auteure joue sur les relations humaines. Les dialogues sont réalistes et à la portée de notre société. On sent que la sensibilité des êtres humains est aussi vitale que la science de ce texte.

Points forts :
Une idée originale.
Trois genres de littérature mélangés.
Une plume fluide et claire.
La double narration est maîtrisée et apporte réellement à l’histoire.

Points faibles :
L’effet bloc sur la narration.
Survoler les détails médicaux peut un moment pénaliser le récit (mais l’auteure à encore le temps d’intégrer des éléments dans ce sens.
Quelques fautes, mais rien de gênant à la compréhension du texte.

Note sur la plateforme Fyctia :

Le 3/5 me paraît un peu sec. Cette histoire n’a pas de gros défauts et pourrait mériter un 4/5.

Même si cette histoire n’est pas un coup de coeur, je comprends aisément son classement. La plume de l’auteure est de qualité. L’histoire originale, couvre plusieurs genres sans être tranchée dans une catégorie précise, ouvrant cette dernière à un large public.

Le Cartel du Bitcoin – Simon Saint Vao

Voilà l’une de mes premières mise à jour en UA.
Le concours avance bien et je peux maintenant revenir à mes petites lectures des premiers jours. (La première partie reste la version de mon micro-article)

Résumé de l’auteur :
Paname 2037 – la fin du travail et la technologie blockchain ont engendré la financiarisation de la vie quotidienne en société du spectacle. Mais – l’histoire n’est pas ce qu’elle sera. Une bande de pirates cyberquantiques débarquent pour libérer Emile Goudeau, leur ami emprisonné dans cette bulle spatiotemporelle. L’opération dérape, Goudeau et l’équipage se retrouvent au milieu d’un complot trans-galactique, pour l’accaparation du trésor de Nakamoto.

Honnêtement j’ai absolument rien compris à son résumé.
J’ai du aller faire un tour sur « google est mon ami » pour « blockchain » alors que mon nom y est intégré… (Inculture quand tu nous tiens.)
Ceux qui veulent faire les malins mais qui sont comme moi, tenez.
Blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations sans organe de contrôle.

Après j’ai relu deux fois la phrase (oui oui la première) et là j’ai fait AAAAHHH. Bam sujet intéressant. Vulgarisons le propos pour les personnes comme moi (très intelligentes hein 🤦🏼‍♀️🤷🏼‍♀️) la vie devient une télé-réalité géante sans télé… On a vu mieux comme image parlante mais bon…
Maintenant on part sur de la cyberquantique… (pourquoi ai-je fait des études littéraires/artistique… ).
Etonnamment son résumé il donne envie même quand on comprend pas vraiment le sens de chaque mot.

Bref on ouvre la page et découverte de noms de chapitres étranges et originaux.
Prologue (restons sobre), coin | blanc ; vert ; ORANGE | (Au moins je comprends les mots ici), arête | BLANC ; bleu | …

Quelle épopée cette lecture…
Premier cri de joie de ma part… Une pièce de théâtre !!! (J’étais super contente…)
Ma joie s’est transformée en incompréhension en lisant la suite… (je ne vais pas vous dire quoi cela serait vous troller).

Honnêtement j’ai beaucoup ri. ( de ma bêtise oui parce que l’auteur nous la provoque.) Son ton est sec, cynique et acide… C’est ultra plaisant à lire.
Sa connaissance de milieu informatique et électronique n’est pas un problème même si certains termes de geek/hacker peuvent interroger parfois le lecteur, la fluidité de la lecture n’en est pas affectée.

Prologue original.
Complètement dans le thème du concours pour le coup.
Des chapitres rocambolesque.
On se perd et on y trouve tout de même une histoire à suivre. Les lignes s’enchaînent apportent des anecdotes et des allusions à notre époque contemporaine. Parfois l’Histoire s’en mêle…

L’auteur à une évidente culture et prend plaisir à jouer avec les mots.
Les phrases philosophies côtoient des élucubrations dont le sens nous échappent parfois.

Ce qui est extraordinaire c’est qu’on lit extrêmement facilement ses chapitres tout en ayant eu l’impression de lire quelque chose de conséquent.
L’histoire a bien avancé en seulement 4 chapitres…

L’auteur utilise les boîtes de dialogues sms comme des bulles de BD. (est-ce une erreur de manipulation ou un choix personnel, mystère et boule de gomme.)

Le Cartel du Bitcoin mélange aisément théorie philosophique, scientifique, référence populaire et culturelle diverses (manga, bd, série, jeux vidéos, film…) avec cette pointe d’autodérision et d’humour cynique qui oblige le lecteur a passer un bon moment sans vraiment comprendre comme il est arrivé à la fin de sa lecture avec ce sentiment plaisant.

Mais n’est-ce pas ça la magie de la lecture ? Se laisser porter par un sentiment et arrêter de réfléchir au pourquoi du comment ?
Même si ironiquement l’histoire de Simon Saint Vao tend à ce genre de question…ou peut-être pas qui sait…

Mise A Jour

Cet auteur est exceptionnellement différent dans sa manière de traiter le concours.
Le thème abordé est vif, piquant et bon sang d’actualité.
On glisse sur les lignes en tentant parfois de devenir le mathématicien(ne) hors pair que nous n’avons jamais été.

Mon énormément coup de coeur est pour le personnage de

Que dire des références ? Culturelle ? Populaire ?
Un mélange de pop-culture en passant par des monstres du cinéma tels que Sergio Leone et Clint Eastwood, du cinéma d’animation et d’animé Simpsons, Naruto, Dragon Ball Z, des touches d’art visuel avec des peintres notamment Edvard Munch….

Et une touche de sauce quantique bien distillée avec des personnages ronds, attachants et explicatifs. Noob que je suis, j’arrive à adorer cette histoire haute en couleur.

Les Points Forts:
La franchise sans faille de son écriture.
Les dizaines de références, cinéphiles, geek, pop, arts visuels…
Ses personnages attachants et typiques.
L’originalité de son propos.
M’avoir fait lire un récit abordent des théories quantiques.

Les Points Faibles :
Son style/construction, je pense qu’il y aura des lecteurs qui n’aimeront pas ce mélange de genre fluctuant entre la bande-dessinée, les ultra-références et la partie quantique et le roman central.

La note Fyctia :

Vous le savez déjà, pour moi ce petit bijou est hors de normes actuelles. Cela plus le plaisir que je prends à le lire (les rires qu’il me provoque en nous sortant de nos petites habitudes conformistes) m’obligent à lui donner la note de 5/5.

Note de l’auteur :
Le Rubik’s cube comprend 26 éléments uniques -les titres des chapitres-
(Ma grande interrogation se voit éclaircie – aparté de moi, EmChain- )
Au total : 43 252 003 274 489 856 000 combinaisons possibles.

Mon intention était de délinéariser le récit, en reproduisant l’architecture du rubik’s cube sur la narration.
La face blanche correspond à l’histoire principale : L’opération de libération de Goudeau emprisonné dans la bulle spatiotemporelle « Paname 2037 ».
Les autres faces comprennent des histoires secondaires, l’ensemble forme « un grand récit ».

Clepsydre – Claire Guilvaillant

Une auteure active sur la plateforme que je me devais de lire ! (Un article sur sa dernière participation thriller arrive bientôt)

Le résumé :
Chaque vie est une clepsydre. L’eau s’écoule, déterminant le temps restant à chacun d’entre nous. Pour un nouveau né : 80 ans. Sur certains s’abat la sécheresse : 60 ans. Sur d’autres tombe la pluie : 100 ans. Seule la gravité demeure, imperturbable dans le processus de l’existence. Et si, pour quelques individus, elle s’inversait ? Leurs cellules retrouveraient-elles leur jeunesse d’antan ?

Pour le coup l’auteure n’aborde pas du tout le thème du futur dans la même veine que le reste du concours. N’ayant pas les clefs du hors thème, je ne peux dire si elle reste dans les clous. D’une manière philosophique oui.
Le temps est omniprésent. Sa plume est lyrique, fluide et agréable.

C’est une qualité qui peut aisément se retrouver dans un texte déjà édité. Très contemporain, une prose évidente et de l’humour cynique par-ci par là. L’auteure pourrait encore appuyer cette partie de son univers pour provoquer des éclats de rire. C’est une de ses pièces maitresses je pense et en tant que lecteur nous savons que le cynisme bien fait est source de réussite !

Un des personnages créé par l’auteure est une jeune adolescente bornée sur une vision du monde adulte bien tranchée.
Par moment ce discours sur les enfants rois me ramène à des films comme Les enfants de Timpelbach (Nicolas Bary); Les 400 coups (François Truffaut) et on met le doigt sur la capacité (ou non) des enfants à être sain, doux et gentil de fond.

Points forts :
Sans hésiter sa plume. Claire porte un style tranché et identifiable dans sa manière d’écrire.
Les personnages humains, vrais et mordants.
Un thème universel qu’est le temps.
Un bon roman contemporain.

Points faibles :
La possibilité d’être hors concours. Ce qui ne gâche rien à la qualité du texte.
Un peu d’aération (dialogue et bloc de narration, vous savez comment je peux être).

En définitive, vous l’aurez compris, pas grand chose à reprocher à ce texte.

La note de la plateforme :

Un 4/5. Je suis d’accord avec cette histoire. Pourquoi pas un 5/5, simplement parce que je ne vois pas encore le thème pur et dur du concours.
Mais celui-ci peut effectivement se dessiner avec le temps.

L’auteure semble être en accord avec Générations d’Opi-pro également en lice dans ce concours UA.
Même si je ne porte pas ce regard pure et doux sur l’enfant, le récit est bien construit. Il se lit bien.
Il coule (pour ceux qui auront lu vous savez 😏)

Eborn – Le monde glacé – Spreutel

Avec des températures de 42°, ce titre est porteur de fraîcheur (et j’en rêve).

Le petit résumé de notre glaçon du jour :
Eborn, planète inhospitalière recouverte de glace sur laquelle tente de vivre un semblant d’humanité. Le Cristal, ressource unique, instrument de la survie des Hommes sur Eborn mais également la source de leur malheur: le mal du Cristal finit toujours par emporter celui qui l’extrait. Aden Kells voit sa vie d’Extracteur changer quand il se fait emporter par un courant de glace. Disparu aux yeux des siens, il doit la vie à un Echo, humanoïde issu d’un peuple secret et possédant une étrange connexion avec la planète. Au contact de ce peuple, Kells va entrevoir une nouvelle évolution pour les Hommes. Il va tenter de retrouver les siens et de les éveiller à cet autre futur possible. Mais les Echo l’ont averti: qu’il se hâte. Déja, les Fantômes du passé approchent…

Bon on s’enflamme pas -ce jeu de mot terriblement mauvais- mais il n’y a que 2 chapitres pour le moment.

⛔️ Je reviens vers vous avant même d’avoir fini le premier paragraphe.
(une citation ça compte pas.)
L’auteur met tout de suite dans l’ambiance. Son univers est pensé et maîtrisé à la seule façon dont il intègre des éléments faisant foi de réalité.

J’adore quand on se croit vraiment dans l’histoire et pour le coup c’est complètement ça. De l’action, de la mise en situation et un peu d’humanité (cela peut être mauvais l’humanité, préparez-vous).

On déconnecte de notre réalité avec une plume agréable et de qualité.
Allez lire les deux petits chapitres rafraîchissant de cet auteur et on revient quand il y en a plus ?

PS : Le deuxième chapitre me fait penser à un mélange entre SnowPierce et la saison 4 de la série THE 100. Avec cette histoire on pense avec bonheur au documentaire Iceman sur l’immense Wim Hof
(oui je recommence à m’emballer pour des films).

👾 Mise à jour 6 chapitres 👾

Me voilà plongée une nouvelle fois dans cette histoire glacée. La température extérieure n’est plus de quarante degrés, vais-je tout de même apprécier de me retrouver dans cet univers une nouvelle fois, allons voir !

Je fais une chose, très rare dans mes articles, un extrait.
Avant de vous expliquer le pourquoi du comment, prenez connaissance de ce dernier.

Extrait
1 Cristal: n.m, inv. Ressource de taille et de forme géométrique variables naturellement présente sur Eborn. Brut, son exposition prolongée provoque le décès.( voir mal du Cristal) Raffiné, devient un puisant combustible utilisable.
2 Cristal (pl Cristaux): n.m. Monnaie officielle de NP. Se présente sous la forme d’une fine plaquette de métal, percée à son extrémité et frappée du symbole technocrate. Il est d’usage d’en assembler dix sur une boucle tissée afin de les compter et de les transporter facilement. (voir aussi Unité Monétaire)

Voilà ce que j’adore. Ce genre de points dans les récits futuristes amène une réelle force dans l’histoire et la compréhension de l’univers.

L’auteur gère parfaitement son écrit.
La structuration et l’orthographe sont habilement maîtrisées.
Il distille assez d’informations sans perturber le lecteur.

Et à partir du chapitre cinq, je peux dire que cette histoire est un réel coup de coeur pour moi.

Ce récit mérite vraiment de continuer à vivre.
J’ai été complètement emportée. Cette douceur givrée qui se dégage de son texte tranche avec un contexte un peu plus dur.
Nous avons une version se rapprochant de The Expanse/The 100 d’un côté et de l’autre, nous assistons à l’éclosion d’une partie plus douce et belle rappelant des images tel qu’Avatar (James Cameron).

Complètement conquise par cette histoire très prometteuse.
Hâte de revenir vers vous quand il y en aura plus !

*Hop hop on va lire son histoire et on débloque les parties suivantes*

TRAQUÉS – Lo-GuardiaN

Encore un nouvel inscrit ! 

Son résumé :
Un jour pionnier de ce qu’ils appellent « Humanity Upgrade », le lendemain destructeur de l’humanité. Il aura fallu moins de vingt quatre heure à Beresda Technologie pour faire sombrer les pays du monde entier dans un chaos sans précédent. Humanity Upgrade, c’est là le nom d’un programme international qui a pour but d’améliorer nos capacités facilement et rapidement, nous rendant plus fort, plus productif, plus performant. Ça nous a débarrassé de notre sommeil, de notre faim, mais aussi de notre âme. Les gens sont devenus fous, ils se sont entre-tués, ont tout détruit sur leur passage, rasant des mégapole en quelques heures, et ils se mirent en chasse de ceux qui étaient faible, ceux qui n’avaient pas souhaités être « amélioré ». Alors j’ai fuis, aussi loin que je le peut. On nous a promis un terre sécurisée, là-bas, au delà des frontières, un endroit où personne ne s’est équipé d’améliorations Beresda et où l’espoir d’une nouvelle ère est encore possible, et nous allons tout faire pour y parvenir.

Le résumé gâche juste le premier chapitre alors ça va.

Cette histoire a un goût de Walking Dead robotique à mon avis. (Terrifiée intrinsèquement par les zombies, je suis heureuse d’avoir affaire à des hommes non décomposés) Même si la suite de l’aventure risque de ne pas être rose.

J’ai hâte de suivre les aventures du personnage principal. 
J’ai eu des doutes sur le fait qu’il soit une fille ou un garçon. C’est bien un petit mec.

La suite est pour le moment prometteuse. La plume est fluide et l’idée est vraiment sympa.
Zoner dans une ville abandonnée, la peur au ventre… Ça me change et si vous avez aimé Walking Dead vous devriez aimer

L’autre Kielfa ou comment sauver la planète Terre – Kleo

Kleo est une auteure prolifique de la plate-forme que j’ai découvert en thriller (l’article sur La fille de la Lune arrive). Son univers est unique en son genre et j’ai hâte de lire cette nouvelle histoire.

Son résumé :
Vous pensez être les maîtres de l’univers. Détrompez-vous : nous ne sommes pas partis. Votre futur ne vous appartiens plus.

Vous voyez les mots clés distillés ici et là par l’auteure… Hum ressortons les petites notes… On dirait bien une histoire à la zone 51. Des petits bonhommes de couleur verte, bleue, rouge, noire ou blanche…
Bref ce début amène tout de suite les extra-terrestres !

Thème qui change. Pour l’instant pas d’ultra technologie même si la suite nous en promet !
11 chapitres qui envoient des couleurs !

Un mélange d’Avatar, de Divergente et Transformers… (pour le dernier souvenez-vous l’être humain a pas été ultra intelligent en découvrant les Autobots.)

Ce thème rabâche néanmoins le besoin infernal de l’être humain à merder bien comme il faut concernant notre futur (mais c’est tellement vrai…)

J’aime les Kielfins (vous comprendrez dès le premier chapitre – No stress, no spoil -), ils sont exactement comment je m’imagine des petits elfes ou les Na’vi (Avatar), douceur, respect et pacifisme…

Je trouve que cette histoire pourrait aisément se tourner en image.
Mais pour un film (comme pour un roman) il faut lui trouver un deuxième nom, parce que celui-ci est vraiment long… Malgré sa compréhension au fil des pages, Kielfa à mon sens aurait suffit. (Les goûts et les couleurs 🙆‍♀️).

Points forts :
Son univers. (Bien placé, on ne peine pas à rentrer dans le contexte.)
La fin du monde n’est pas omniprésente dans l’histoire.
Les personnages sont profonds, réalistes et merveilleux à la fois.
Une plume descriptive fluide qui créé des paysages aussi somptueux que repoussants.

Points faibles:
Parfois quelques petits détails en trop qui enlève à la poésie de la plume de l’auteur. C’est d’ailleurs ce qui ne me fait pas balancer cette histoire en coup de coeur, le reste est impeccable.

La note de la plateforme :

Un peu sévère à mon goût… L’histoire originale et fluide combinée à une bonne maîtrise de la part de l’auteure mérite selon moi un 4/5.
C’est une histoire aérienne qui gagne à être lue.

Je vous invite à partir dans l’univers de Kleo, à la clef, je vous promets un bon dépaysement.