Futur erroné – Agian Claire

Cette auteure enthousiaste et à l’imagination débordante se lance dans l’univers UA.
C’est avec plaisir que je vais lire sa nouvelle histoire, après l’avoir vu évoluer de manière considérable en NR.

Résumé :
« Je me suis toujours imaginé ma vie à l’âge adulte. Un travail que j’aimerais une femme qui me comblerait de bonheur et avec de la chance des enfants. Mes parents me racontaient des tas d’histoires aussi folles à l’irréelle sur le futur, les voitures volantes, les robots endoroïdes, les portables insérer dans la tête. Ils m’ont montré tous les films qu’ils aimaient. De retour vers le futur à I robot. Des vraies pépites de cinéma. J’avais hâte de grandir pour voir l’avenir, ce si bel avenir qu’il me décrivait. Je ne sais pas s’il avait raison, quand je vois la vie d’aujourd’hui, j’ai un sérieux doute. L’évolution a peu être pas été aussi positive que tout le monde a pu le croire. »

Pour le moment il n’y a que cinq chapitres, je ne peux laisser qu’un avis assez bref. (on va essayer tout du moins.)

Le résumé est bien tourné. Il nous apprend des éléments capitaux mais il est impossible d’en comprendre le sens avant d’avoir lu l’histoire. (son début).

J’ai un peu pensé à l’une des premières scènes de Walking Dead (un peu d’accord), lorsqu’il se réveille seul à l’hôpital.

Le monde futuriste est posé. Et la trame du suspense est rapidement glissée dans l’univers du personnage principal. Un bon rythme et un fond qui regorge de potentiel.

Bémol, certaines tournures de phrases alambiquées et quelques fautes d’orthographes qui se cachent par-ci par-là.

Néanmoins cette histoire a du potentiel.

Moj Bes Kraja – (Mon infini) – Sand Canavaggia

Un titre très mystérieux…

Le résumé :
La rencontre de deux êtres, dans un lieu fermé, au creux d’une bâtisse où chaque mur blanc renvoyait à son instinct. Celui qui est au fond quand vous n’êtes déjà plus considérer comme tel ; Vous trouver dans un regard l’écoute et l’attention, une preuve de votre présence. Dans ce lieu à l’abri du jugement et du regard réprobateur s’avance l’histoire d’un infini entre amour et douleurs…Mon infini (Moj bes kraja)…

Si on prend le titre et ce résumé, honnêtement on reste dans cette atmosphère mystérieuse. Je ne sais pas s’il me donne envie… Mon impression est mitigée sur ce résumé. (Ma curiosité inébranlable nous aiguillera sur la suite.)

Une sorte de triptyque entre thriller, contemporain et romance bercé d’un voile poétique.

En toute honnêteté, j’ai eu beaucoup de mal avec le début. L’atmosphère était pesante pour moi (mais cela se rapporte surtout à mon vécu je pense). J’ai tout de même poussé plus loin ma lecture.
Vous le savez, quand j’ai décidé de lire un texte, je le lis de A à Z (tout du moins les parties débloquées).

Arrivée à plus d’une dizaine de chapitre, je me rends compte que je ne pourrais plus vraiment refermer cette histoire sans un point final. Le malaise du début flotte maintenant d’une toute autre manière.
La partie thriller/enquête sous jactante me fait oublier les parties plus durs et contemporaine sur des thèmes lourds – pour moi -.
Je me prends au jeu en glissant rapidement la page pour connaître la prochaine nuit.
Oui car l’auteur met en place une double histoire et un fil rouge mêlant de nombreuses questions et retournement de situation.

Le lecteur veut savoir. On suppute, cherche mais sans trouver.
L’héroïne se pose des questions, nous aussi.

Néanmoins il faut noter que cette histoire est originale et peu conventionnelle.
Les codes d’actions-réactions, comme j’appelle ça, ne sont pas présent ici.

Une lenteur physique et psychologique nous plonge dans le quotidien de quelqu’un de diminué par la maladie. Les réflexions, les journées et même les sensations sont ralenties. En lisant, l’impression d’être enlisée dans une situation complexe, où un voile brumeux nous empêche de voir les vrais indices, me pousse à croire que ce récit n’est pas fait pour tout le monde.
Les abords des trentièmes chapitres apportent une part mystique qui me perd un peu.

Points forts :
Un thème fort et une plume marquée.
Un univers bien maîtrisé.
Des personnages touchants (pénétrants, qui nous soulèvent le coeur).

Points faibles :
Parfois les phrases sont longues et alambiquées. Cela colle avec sa manière d’aborder ce thème, mais peut perdre la lecteur nageant déjà dans une ambiance peu commune.
La romance est là, mais il faut voir plus loin que la plupart des NR (où les personnes tombent rapidement et éperdument amoureux…)
Quelques fautes, mais pour un premier jet rien de dérangeant.

La note Fyctia :

En toute franchise, je suis agréablement surprise de voir une telle note par les lecteurs de la plateforme. Son style très différent a tout de même su conquérir un large public.
C’est rassurant pour les auteurs ayant une plume qui se démarque. Fyctia semble une plateforme où les styles éclectiques sont valorisés.

Mon impression

Cette histoire a été pour moi une sorte de tunnel.
L’idée d’y rentrer ne me plaisait pas plus que cela, après quelques chapitres je ne pouvais plus faire demi-tour, j’ai commencé à observer les lumières à l’intérieur, j’ai frissonné par le manque de chaleur, me suis surprise à observer chaque porte de secours comme un indice et enfin j’observe la lumière au fond, intriguée, ayant envie de terminer cette histoire pour savoir où mène ce tunnel.

👾 Lecture de 37 chapitres. 👾