Le Moment M – Gabriele V

Un titre sympa et original, qui ne dévoile que peu de choses sur l’histoire.

Le résumé nous éclairera peut-être un peu plus :

« Pardonnons-nous notre inconscience. » 2088. Les êtres humains ne vivent qu’a travers leur avatar, jusqu’au jour où tous les satellites s’arrêtent d’un coup. Déconnecté, le monde sombre alors dans la panique totale. Une guerre civile se déclenche. Lyssandre – l’illuminée, comme ils disent – y reconnaît les premiers signes de La Prophétie. Celle que les Évolutionnistes proclament depuis Le Bouleversement ayant décimé la moitié de la population mondiale, alors qu’elle n’était qu’une enfant. Elle qui pensait que tout était perdu, finalement tout commence ! Elle ne se doute pas, en s’échappant ce jour là, que sa route sera semée de surprises et de rencontres. Bonnes ou mauvaises ? Seule la destinée le sait. »

Quand on lit les premiers chapitres on pourrait croire que ce résumé est trop explicite, mais il y a tellement de personnages en scène dès les premières pages que nous changeons rapidement d’avis.

Un rythme soutenu sans pour autant avoir beaucoup d’actions immédiates.

L’envie de découvrir ce que cache l’utilisation excessive des avatars est bien amené.

Parfois les descriptions des personnages sont très rapides ou explicites ce qui perd un peu le lecteur, sur qui est qui.

Néanmoins c’est une histoire agréable à suivre qui utilise les nouveaux codes de la plateforme avec intelligence (bulle de dialogues par exemple.)

La partie quantique présente mais peu développée pour le moment apporte la touche imaginaire.

Une autre dimension, mais alors dans quelle condition l’être humain arrive-t-il à communiquer avec eux ?

Comment en arriver là, utilisant des avatars à la place de notre apparence organique?

Voilà des questions que l’on se pose en lisant ce texte. C’est une bonne nouvelle. Une histoire qui intrigue relève d’une belle plume et d’une originalité certaine.

Je retiens encore beaucoup de questions, un univers riche qui se met en place.

Dans l’attente d’avoir plus de réponses et en vous invitant à découvrir ce début prometteur.

Points Forts :

Une plume fluide. Une histoire qui donne l’impression d’être bien ficelée.

Points Faibles :

Beaucoup de personnage et de changement de points de vue qui peuvent perdre le lecteur.

Lazarus – silmeria

Un petit nouveau dans le concours UA !

Résumé :
« 2051. On a oublié la vie privée. Au fur et à mesure les évolutions techniques ont pris le pas sur les évolutions humaines. Ils ont érigé la technologie en nouveau Dieu, et ont fait des fabricants leurs prophètes. Dans l’ombre, quelques uns se souviennent que l’humain n’était pas supposé devenir un prolongement de la machine. Dans l’ombre, certains veulent changer l’ordre établi. Mais quel est le prix d’une conviction et de valeurs dans un futur où chaque individu abandonne joyeusement sa liberté au profit de la technologie ? »

No panic, le résumé est plutôt bien fait.

Concernant l’impression globale du roman (je ne peux pas faire énormément de retours sur 5 chapitres) j’aime beaucoup la localisation géographique.
Pas d’Amérique du nord, d’Europe ou d’Afrique pour ce futur imaginé de toutes pièces. Ici, on flotte dans un air asiatique typé Japonais plaisant.

L’auteur aborde les problématiques météorologiques sous le prisme des réfugiés climatiques. Un angle nouveau qui est appréciable.

La technologie est très présente mais cela on le sait dès le résumé.
J’arrive à croire plutôt aisément à ses explications sur ces dernières.

L’intrigue est ficelée dès les premières lignes dans une partie courte mais intense qui fait office d’ouverture dans cet univers.

Seulement deux personnages que je retiens vraiment. Certains secondaires, d’autres sûrement principaux dans l’avenir de l’histoire mais rien de très défini pour le moment.

Les idées des technologies qui empiètent sur la vie complètement d’un être humain est dérangeante mais réaliste.

Le fait que l’un des personnages principaux soit de la police donne un petit air de Josephus Miller (le policier de la série The Expanse). C’est tout du moins son attitude et le contexte futuriste de la série qui me viennent à l’esprit en lisant les lignes de l’auteur.

Vous l’aurez compris, même si la plateforme n’accueille pas encore une vingtaine de parties de cette histoire, elle vaut le coup d’y jeter un oeil.

Je vais suivre la suite pour voir où peut nous mener l’intrigue soulevée dès le début de cette histoire.
A en juger par les premières parties, l’auteur aime l’action et son histoire n’en manquera pas. J’aime les UA qui bougent.

LES HEUREUX ANONYMES – Marynne Ber

Jolie titre, aurons-nous le droit à un texte à son image ?

Résumé :
« Depuis une quinzaine d’années, les élèves en dernière année doivent effectuer un projet de recherches afin de valider leur diplôme. Alors que le code interdit à la population de sourire ou même de rire, Allyn décide de se concentrer sur le groupe des Heureux Anonymes. Ce groupe est invisible mais pourtant au centre des conversations. »

Le résumé n’est pas vraiment un problème. On apprend directement la problématique de l’héroïne.

Avant de commencer, 7 chapitres.

Pour le coup je n’ai pas grand chose à dire sur cette histoire. Il y a peu de chapitres et pas assez d’informations pour vraiment vous donner un avis assez détaillé. L’action commence au septième chapitre (et juste aux dernières lignes). En somme l’auteure a une belle écriture, je ne peux que lui reprocher une seule chose : manque d’explications.

On ne comprend pas pourquoi l’état interdit les sourires et les comportements joyeux. C’est selon moi ce qui fait défaut.
Dans un futur imaginaire, le lecteur a besoin de conceptualisation et d’un passif compréhensible. C’est ce qui me manque pour rentrer complètement dans l’histoire.

Une romance qui pointe le bout de son nez, une idée originale qui met dès le début en mauvaise posture l’héroïne. Pour cela l’auteure est forte. Elle distille son histoire à son rythme et la lire est agréable.

Points Forts :
Idée originale.
Pointe de romance qui arrive.

Points Faibles :
Pas assez d’explication sur le contexte selon moi.

La Note de la plateforme de Fyctia :

Une très belle note qui s’explique par l’originalité de l’histoire et la belle plume de l’auteure.
Cependant, fidèle à mes principes, je ne donne aucune note avant dix chapitres.

Un article court pour peu de parties en ligne. Hâte de lire la suite pour revenir vers vous !

Vérités – Aelys Pierson

L’amour est-ce réellement le lieu des vérités ?

Résumé :
« On naît seul, on meurt seul. Seuls tes choix et ton ambition t’aideront à te reconstruire. » Comme beaucoup, j’ai commis des erreurs. Vivre sur des regrets ce n’est pas mon style. M’inscrire à l’Institut d’Art et d’Archéologie de l’Université de Paris afin de pouvoir exercer le métier de mes rêves m’a donc paru être le meilleure option pour reprendre ma vie en main. Mais quand le coeur s’en mêle… Que dire d’un passé qui vous hante ?

Le résumé ne gâche rien, on peut respirer. Il est à l’image du texte que nous propose l’auteure. Amour et mystère en cadeau !

Des lignes qu’on lit d’une traite avec une facilité déconcertante.
J’adhère complètement à cet univers.
L’auteur a premièrement une plume propre, belle, addictive et maîtrisée. (Oui je l’aime bien 🙆‍♀️).

J’ai hésité entre lire une UA ou une NR. Le thème de l’archéologie apportant son lot de mystère. C’est d’ailleurs ce que j’aime particulièrement dans cette histoire. L’auteure mélange plusieurs genres et sans accrocs.

Suspense et romance (oh oui il y en a et dès les premières pages 😏) se mélangent.

Points Forts :
Une belle plume.
Descriptions de romance 👍🏻
Suspense mystérieux.
Thème et univers sympathique.

Points Faibles :
Pour le moment je n’en vois pas (mais il n’y a que peu de chapitres).

Seulement 7 petits chapitres en ligne pour le moment.

Note de la plateforme de Fyctia :

4/5 pour les lecteurs de Fyctia.
Je ne peux pas encore donner une note avec moins de dix chapitres, mais un très très bon début prometteur !

Hâte de découvrir la suite. Fan de romance suspense…vous allez adorer.

L’Amarante Noire – Miskail

Inculte que je suis, le mot amarante ne me disait absolument rien avant une petite recherche sur google… Et c’est intriguant de ne pas savoir, alors j’ai attendu la fin de ma lecture pour chercher. 😏

Restez bien accroché, le résumé le plus court de l’histoire !

Le voici :
« Capiteux : se dit du parfum d’une fleur qui monte à la tête, jusqu’à l’ivresse… »

Il n’y a que 9 chapitres à cette histoire actuellement.
Les trois premiers chapitres de cette histoire ne m’ont pas réellement emballés.
Les dialogues sont nombreux, plus que les descriptions et j’ai du mal à me projeter dans cet univers.
Néanmoins en progressant j’ai commencé à superposer naturellement cette histoire dans un cadre à la Banlieue 13 (de Pierre Morel) et j’ai commencé à apprécier grandement les dialogues.
Ces derniers sont vrais et réalistes, tout comme la manière dont l’auteur aborde le thème de la mafia. Ici pas de glamour ou d’utopie.
Un milieu de requin sanguinaire avec une baronne du crime aux airs de mante religieuse ou veuve noire… Classe, noirceur et respect émanent du personnage de L’Amarante Noire. Entre méchante de l’histoire et protectrice de notre héros, on l’aime.
Elle me fait penser à une version plus sombre de Maléfique (Robert Stromberg ou Joachim Rønning). Bref, avoir une femme de pouvoir et d’influence bien construite dans un roman UA c’est agréable.

Points Forts :
Réalisme des actions, faits, dialogues… L’auteure n’utilise pas des raccourcis foireux ou des dialogues sans queue ni tête.
Un thème original.

Points Faibles
:
Manque de descriptions par moment entre les dialogues conséquents.

Note de la plateforme :

La note maximale donnée par les lecteurs.
Bravo !
Il n’y a pas encore 10 chapitres… Vous savez que c’est un principe, je ne peux donner mon avis sur cette note parfaite donnée par le reste des lecteurs de la plateforme.