Dévoile-moi – SYLVIA DAY

Ma première lecture bouche à oreille.

Résumé :
Lorsqu’il est entré dans ma vie, je ne savais rien de Gideon Cross sinon qu’il exerçait sur moi une attraction violente, si intense que j’en fus ébranlée.
J’ignorais encore tout de sa force et de ses failles, de ce besoin qu’il avait de posséder et de dominer, de l’abîme au bord duquel il oscillait.
Je n’imaginais pas que chacun de nous deviendrait le miroir de l’autre – un miroir dans lequel se refléteraient les blessures intimes et les désirs vertigineux qui nous habitaient.
Je ne mesurais pas encore la profondeur de l’amour qui allait nous unir.

Avant de s’emballer, à noter que ce livre est le premier tome de la série Crossfire, allergiques aux séries s’abstenir.

J’ai entendu beaucoup de bien au sujet de ce livre alors je me suis dit, tentons !

L’auteure a reçu de nombreux prix pour des romances mais est-ce que ce dernier vaut le coup ? Allons le découvrir !

Premièrement j’ai dévoré ce livre. Impossible de commencer autre chose en parallèle. L’auteure réussi avec talent à emporter son lecteur.

Mettons tout de suite les pieds dans le plat. Le premier tome de la série Crossfire est un digne héritier de la trilogie Fifty Shades of Grey (E.L JAMES).
En plusieurs points, il surpasse même ce dernier.

Les personnages sont matures et profonds, entraînant des réactions plus logiques et réalistes. Choisir de ne pas mettre les deux personnes en déséquilibre au niveau de la richesse me plaît également. Assez du cliché de l’homme riche et de la femme pauvre. Ici, bien que l’argent coule à flot pour notre beau gosse, la femme n’est pas en reste.

Une part psychologique s’infiltre dans le passé des deux tourtereaux. Là où Christian Grey traînait un poids, ici les deux personnages le partagent. Et cela ne s’arrête pas là. Des personnages secondaires apportent un attachement conséquent à l’histoire – Je pense notamment au colocataire, Cray -.

La côte Est américaine n’est pas d’une grande originalité mais cela importe peu dans l’histoire. On a même parfois l’impression de suivre un huit clos psychologique et passionnel.

Les codes de l’érotisme sont bien respectés. De belles scènes où sentiments amoureux complexes et attirances sexuelles se combinent parfaitement.

Points Forts :
Des personnages profonds.
Une écriture fluide et belle.
Un contexte travaillé avec des situations réalistes.
Dialogue très cohérent.

Points Faibles :
Beaucoup de tomes ( 5 ) et je me demande comment l’histoire ne peut pas tourner en rond.
Des ressemblances avec Fifty Shades of Grey.

Ce Livre reste une belle découverte pour ma part, que je préfère à la saga Cinquante nuances de Grey. Néanmoins, je ne sais pas si mon plaisir sera aussi fort après lecture de quatre autres tomes. A voir…

HOLO – JOHN ROSS

Plusieurs lecteurs ont l’air ravis de cette histoire, je me suis donc dis, pourquoi pas.

Résumé :
Les Holos sont partout : au travail, dans les rues, dans nos maisons. Jusque dans nos fantasmes les plus intimes. L’alliance contre-nature de la technologie holographique et de l’intelligence artificielle nous a même permis d’échapper au deuil, à l’absence de l’autre. Et de réaliser ainsi notre rêve le plus fou : vaincre la mort. Au prix de notre âme. Mais la Faucheuse rôde. Elle réclame son tribut. Le désabusé lieutenant Rod Bernstein refuse ce nouveau monde. Le fougueux détective Daniel Sanders, lui, l’accueille à bras ouverts. Ensemble, ils devront lever le voile de lumière qui nimbe une société en proie à ses propres illusions et affronter les démons qu’elle a créés.

Le thème du futur est tout de suite présent dans le résumé. La manière dont l’auteur tourne cette histoire de mort qui rode donne une atmosphère thriller.

La lecture.
Actuellement, il y cinq parties, dont une « avant-propos » n’étant pas le début de l’histoire ou un prologue. Ce qui ne me permet pas d’aller très loin dans mes remarques pour le moment (Pas de points forts/faibles – ni de note).

En ayant lu les premiers chapitres, je pense à une version entre The Expanse (pour le côté flic avec de la technologie) et Altered Carbon.
Ce sont des références que vous pouvez noter très flatteuses.

En terme de style rien à dire. L’auteur à une plume fluide, un phrasé précis et qui est bien à lui j’ai l’impression.
On rentre tout de suite dans ce thème très futuriste par la technologie, mais très proche de notre société de par les problématiques sociales.
Le premier chapitre m’a ému. L’ambiance était mélancolique. Je suis tout de suite rentrée dans l’histoire. Les autres chapitres amènent beaucoup d’éléments technologiques ce qui a légèrement ralenti ma progression dans la lecture, mais c’est normal je voulais bien assimiler ce nouveau monde où les hologrammes sont partout.

SO,
Si l’auteur continue comme ça, il tombera dans l’un de mes premiers coups de coeur c’est certain.

👾 MISE A JOUR 12 CHAPITRES 👾

DE RETOUR !

Sans surprise, l’auteur remporte l’une de mes places coups de coeur dans ce concours UA.

Son histoire est une savant et savoureux mélange de thriller, romance, fait de société et roman de science fiction technologique.

J’ai été prise dans l’histoire sans effort. Me replonger au milieu d’hologramme et de multiples personnages ne m’a pas dérangé même après un mois de pause dans la progression de ma lecture. C’est un très bon point.

Points Forts :
Une plume précise, vif, sans fioriture.
Un phrasé typique.
Un thème maîtrisé aussi admirablement que son univers.
Un réalisme effrayant pour un futur potentiel…
Un côté thriller très prenant.
Des passages très « psychologiques » et des références à des éléments concrets : religions, Histoire…

Points Faibles :
Le seul bémol reste le tas important d’informations données dans le 4 ème chapitres… (Je chipote.)

La Note de la plateforme :

Une belle note !

Pour ma part je lui offre un 4.5/5… Et si l’histoire continue comme ça, avec une telle intensité qui ne baisse pas, le 5/5 arrivera.

Kokoflo – Sauvage Antoine

Cet auteur n’est pas inconnu de la plateforme.
Un deuxième article en cours parlera de son texte sur le dernier concours thriller et de celui sur la new romance.

Résumé :
« L’Homme est une créature conçue pour l’exploration. Que devient-il dès lors qu’il se voit réduit au confinement et à l’isolement? »

Bon.. Ce résumé est exactement à l’image de ce que je ressens après avoir lu les cinq premiers chapitres.
Cette histoire d’isolement n’est pas une atmosphère très légère et vivante.

En tant que lecteur on sent tout de suite le poids de la situation.
D’un côté les natifs et de l’autre les colons.
Une sorte de remixe de l’époque de conquistador dans le futur.

Ce qui est tout de même très original est la manière dont l’auteur renverse la situation.
Les colons sont faibles, perturbés et inférieurs. (Autant numériquement parlant que dans la force brute.)
Les natifs sont belliqueux, tout du moins certains. Ils sont prêt à se battre pour leur vie tranquille.
Ce qui d’ailleurs est assez drôle de constater que la nature humaine reprend vite les « mauvaises » habitudes.

Ce texte se rapporte également à notre actualité.
Migrants, opposants et sympathisants.
L’être humain va-t-il toujours refaire les mêmes erreurs ?
Ne pas accepter. Ne pas s’adapter.

On ne sait pas encore qui créera la difficulté entre les natifs et les nouveaux arrivants, mais j’espère y voir une forme d’espoir dans la fin de cette réunification de deux groupes. Même si cela n’est pas gagné de prime abord.

Stop les récits sur un futur horriblement glauque…

Besoin d’un peu d’optimisme.

En ce qui concerne la forme pure et dure de l’écriture, l’auteur arrive à nous plonger aisément dans son univers. Nombreuses descriptions et personnages pour cinq chapitres. On se croirait entre la série Lost (de Damon Lindelof et J.J. Abrams), et Vendredi et les limbes du Pacifique (Michel Tournier) ou l’adaptation jeunesse, Vendredi et la vie sauvage.

Plus qu’à savoir comment ce thriller du futur évoluera….

YELLOWSTONE – STELLA 7

Petite curiosité, ce titre il vous inspire quoi ?
Le groupe de musique ? La série ? Le parc ? (directement ?)

Bon, ici c’est une histoire (elle deviendra peut-être culte qui sait…)

Résumé : 2088, la Terre se relève d’une suite de catastrophes naturelles. L’humanité est divisé en deux camps. L’un prônant la science et la technologie et l’autre vivant en harmonie avec la nature. Elae et Danel sont en charge d’observer les activités du volcan de Yellowstone, rare lieu de cohabitation des deux régimes. Lors de l’inversion des pôles magnétiques, l’entre-aide et l’échange entre les deux cultures sera vitale pour la survie de l’Homme.

Dans ce premier chapitre l’auteur utilise une technique vieille comme le monde, mais peu utilisée dans ce concours (merci de mettre un peu d’originalité) : Les cours d’histoires.
C’est rapide, clair et précis sans être une énumération de petits détails inutiles et imbuvable.

Avec deux petites modifications elle rendra son histoire ultra agréable à lire et lisse. (Notons qu’elle a un énorme éventail d’amélioration n’ayant publié qu’un seul chapitre pour le moment !)

SVALBARD – C. Handon

J’avais hâte de découvrir une histoire de l’auteure C. Handon, assez présente sur la plateforme et dont les histoires semblent remporter souvent un large succès. (Mais que voulez-vous, j’ai été happée par l’innombrable liste des titres d’histoires que la petite plateforme au nouveau look, offre.)
Néanmoins, nous y voilà et on va bien profiter de la plume de l’auteure, tout du moins j’espère !

Résumé : Dirigé par le Patriarche, Svalbard symbolise notre bien le plus précieux. Ce lieu réunissait les semences du monde bien avant le Cataclysme. Sous haute protection, des scientifiques, dont ma mère fait partie, y gèrent et y développent notre nourriture ou encore nos remèdes. Mais un incendie provoqué par des mercenaires fragilise notre survie. Quant à moi, Maya, je m’interroge sur les vrais coupables. Et s’ils n’étaient pas ceux que l’on croit ?

Première impression bonne pour le coup. Je sais qu’actuellement une plateforme souterraine sur cette île (sorte de bunker moderne), entrepose des dizaines de graines, semences, plantes et autres éléments vitales à la survie de l’humanité et de nombreux êtres vivants, ce résumé paraît donc très réaliste et l’on imagine bien que détruire un bien aussi précieux dans le futur n’est pas une mince à faire, ni une bonne nouvelle. (Le résumé n’a pas l’air extrêmement détaillé -on sait que j’aime pas ça sinon- donc encore un bon point pour l’auteure).

Pour le premier coup d’oeil, on distingue deux noms différents sur plusieurs chapitres. Je suppose qu’on échangera les points de vues… Histoire narrée à la troisième personnes ? Première ? Mystère…

Découvrons le premier chapitre (seulement 6 chapitres sont en ligne pour le moment.)

Pour les lecteurs qui n’aiment pas (comme moi) les prologues l’auteure a rusé. Son premier chapitre est une sorte de mise en bouche, douce et fluide. Quel bonheur de ne pas lire dès les premières lignes une catastrophe planétaire ou des fusillades. (Un peu de douceur dans ce monde de brutes ❤️).

Lecture des 6 premiers bébés de C.Handon achevée.
Honnêtement son écriture est fluide et agréable… Rien à redire sur sa plume. Pour l’originalité, je ne suis pas forcément dans la phase « conventionnelle » comme certains l’ont fait remarquer.
Prendre Svalbard Global Seed Vault comme thème (coffre fort des denrées importantes à conserver en cas de fin du monde dont je vous parlais en avant propos) est un beau pari. Peu de gens connaissent le côté véridique de son histoire (moi-même j’avais eu la chance de zapper sur Arte pour regarder un intéressant reportage sur cette île et le projet incroyable qu’elle habite).
Donc déjà bon point pour cette mise en avant d’un fait de société très peu connu.

C.Handon a pris le parti décrire à la première personne et de passer d’un personnage féminin, Maya à une personnage masculin, Sven. Je ne suis pas friande des doubles narrations, mais cela donne au moins une vision des deux sexes sur la nouvelle vie en société.

Cependant, je me demande si son histoire n’est pas autant une romance qu’une UA. Cette auteure semble maîtriser à la perfection cet aspect d’un roman, mais il n’y a pas encore l’intrigue et la tension propre à l’imaginaire futuriste.
6 chapitres ce n’est pas encore assez pour déterminer vraiment le déroulement de son intrigue.

En ce qui concerne les points forts et faibles, je peux commencer à en dégrossir certains.

Points forts :
Le réalisme avec Svalbard Global Seed Vault, qui est un coffre fort existant (bunker).
Un contexte bien étudié (l’histoire des lunes comme calendrier, les changements climatiques, les nouvelles techniques médicinales…)
Il y a du bon boulot et cela se note.
Ecriture fluide et maîtrisée.

Points faibles :
Dualité de narration, mais c’est un point de vue très personnel.
L’histoire coule trop, un peu de piquant serait le bienvenu (mais cela peut arriver on est encore au début.)
Manque des espaces entre les dialogues. (Je sais…j’ai un problème avec ça…)

La plateforme donne une note (enfin surtout les lecteurs) de 4/5. Une très bonne note. Cependant, vous le savez, je note qu’après 10 chapitres pour avoir un petit recul.

Je ne suis pas encore rentrée dans l’histoire, mais j’aime beaucoup l’idée de fond. J’ai hâte de voir comment l’auteure peut mettre un peu de piquant. Si l’histoire se trouvait en NR, je serais sûrement plus emballée, mais ici on cherche de l’UA.

Allez découvrir cette histoire qui met en avant une réalité que vous ne connaissez peut-être pas avec une écriture fluide et agréable.

PS : J’ai l’impression de voir un remake français de The 100. Surtout la mère de Maya qui ressemble beaucoup à la mère de Clark dans la série.